Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

  
L'ONU considère l'Union européenne comme un pays depuis l'adoption du Traité de Lisbonne. C’est-à-dire la possibilité pour l’Union d’être un acteur sur la scène internationale au détriment des États membres et souverains.

Ou l'art de présenter comme étant une "bonne nouvelle", un processus qui consiste à nous aspirer encore un peu plus vers une seule gouvernance mondiale.

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, à vos libres-arbitres !

« Bonne nouvelle pour l’Europe : Herman Van Rompuy pourra désormais prendre la parole à l’Assemblée générale de l’Onu dans le même groupe que les Dimitri Medvedev ou Barack Obama. Plus besoin d’attendre des jours et des jours que tous les Etats membres de l’Organisation aient parlé - et l’on se souviendra que certains prennent leur temps, comme ce fut le cas de Mouammar Kadhafi qui avait passé une heure et demie au perchoir et déchiré la Charte des Nations unies sous les yeux du monde. Les membres des Nations unies ont voté, mardi à New York, une résolution accordant un statut spécial à l’Union, avec 180 voix favorables et deux abstentions, de la Syrie et du Zimbabwe.

 

Catherine Ashton, qui a mené des négociations discrètes jusqu’au dernier moment, s’est dite "ravie". Comme Herman Van Rompuy, la Haute représentante pour la politique étrangère de l’Union gagne le droit de prendre la parole parmi les siens, en l’occurrence les chefs de la diplomatie. "L’UE atteint un haut degré de reconnaissance comme acteur global aux Nations unies", s’est félicité le président du Conseil européen. Jusqu’ici, elle disposait d’un statut d’observateur lui donnant le droit de prendre la parole après les délégations des 192 pays membres, ce qui dure bien au-delà de la semaine ministérielle qui, seule, retient l’attention des médias. Dans la pratique, l’Etat membre assurant la présidence du Conseil de l’Union profitait donc de son accès au pupitre pour livrer la position européenne quand il restait quelqu’un pour l’écouter, tandis qu’un représentant des institutions montait à la tribune dans le même groupe que la Communauté des Caraïbes ou l’Autorité internationale des fonds marins

Avec cette résolution, l’Onu tient compte de la création des nouvelles fonctions permanentes européennes depuis l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne. L’UE peut désormais parler et exercer un droit de réponse à l’Assemblée, en même temps que les Etats membres, mais n’a ni le droit de vote, ni ceux de présenter des candidats, se porter coauteure de résolutions ou présenter une motion d’ordre.

 

Ce qui devait passer comme une lettre à la poste ne s’est cependant pas fait sans mal. En septembre dernier, le renvoi du vote sur le statut de l’Union avait laissé les chancelleries européennes désemparées à quelques jours de la semaine ministérielle de l’Assemblée générale. On avait tenté de minimiser la portée de l’événement qualifié de "question technique" par l’entourage d’Herman Van Rompuy. Mais, à quelques jours de l’événement, on ne savait pas, du coup, qui parlerait au nom de l’UE à New York - ce fut finalement Yves Leterme.

 

L’Union avait, notamment, dû faire face à l’opposition du groupe des Caraïbes, qui a réitéré ses critiques mardi. "Cette résolution trace-t-elle la voie vers encore plus de marginalisation des petits Etats ?", a interrogé la représentante des Bahamas, au nom de la Caricom, craignant la création "d’une nouvelle catégorie d’observateurs non étatiques". Permettre à un représentant de l’UE de prendre la parole en tant qu’observateur revient à accorder une 28e voix à un groupe qui en compte déjà 27, a pour sa part estimé l’ambassadrice de Nauru. Des détracteurs suspectaient aussi l’UE de rechercher un privilège dont seraient privées d’autres organisations régionales, comme l’Union africaine ou la Ligue arabe. Or, pour le représentant hongrois, la résolution ouvre "la voie à la possibilité de voir d’autres organisations régionales bénéficier du statut ainsi reconnu à l’Union européenne". »


Source : Sabine Verhest http://www.lalibre.be/actu/international/article/658775/van-rompuy-parmi-les-grands-a-l-onu.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article