Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Il va bien falloir changer de régime !

 

Article du blog : CAFE ROYAL : http://leblogdeliemarie.wordpress.com/2011/07/13/les-royalistes-et-le-regime-parlementaire/

 

Il est presque incongru d'accoler ces deux termes ensemble, tant ils semblent éloignés loin de l'autre et même contre-nature.


Pourtant à y regarder de plus près, les royalistes de gré ou de force ont côtoyé les bancs de l'assemblée.

Sous l'Ancien Régime, le roi détenait en sa personne, les trois pouvoirs communément appelés: exécutif, législatif et judiciaire.


Sous l'influence des "Lumières" et particulièrement de Montesquieu, certains se sont mis à rêver d'un régime à l'anglaise avec un parlement élu et la séparation des pouvoirs.


Ce qui fut chose faite sous la révolution dite française au moins jusqu'au 10 août 1792.


Les Etats-Généraux sous l'influence d'une partie du Tiers, se transforme en Assemblée Nationale qui se veut vite, constituante. La manie des latins pour l'écrit.


C'est le début du bi-partisme et du clivage gauche/droite ou droite/gauche, comme vous voudrez.


Au début il n'y a que des royalistes qui se divisent en "absolutistes" et en "modérés". Ensuite on connait la suite.


L'expérience se renouvelle sous la Restauration avec les "Ultras" et les autres, puis sous la Monarchie de Juillet entre "Légitimistes" et "Orléanistes", qui s'uniront sous la IIe république et le Second Empire, sous la dénomination du "parti de l'Ordre".


Les royalistes ont donc fait l'expérience du parlementarisme qu'ils l'aient voulus ou non.


Berryer, célèbre avocat du XIXe siècle, légitimiste de surcroît, se fera le défenseur d'une monarchie constitutionnelle et parlementaire.


Puis ce fut la longue traversée du désert pour les royalistes, après le vote définitif des institutions de la IIIe république. Après la 1ère guerre mondiale, il n'y eu plus ou presque de député de notre sensibilité à l'Assemblée.

Il y a dix ans, l'Alliance Royale, fut crée et depuis, présente à presque toutes les élections, des candidats.

Bien sûr il y a toujours des irréductibles à ce système parmi nos rangs. Ce sont les "Ultras" de notre époque. Ils se trouvent aussi bien parmi les "légitimistes" mais aussi chez les "orléanistes", de l'école maurrassienne, notamment.


Nous savons également par leurs déclarations diverses, que les princes des deux branches en lice pour le trône de France, sont partisans d'une monarchie constitutionnelle et parlementaire. Vous allez me dire, qu'ils n'ont pas trop le choix, vu les circonstances. Le sont-ils par pragmatisme? Il faudrait le leur demander.


La question qui se posent aujourd'hui aux royalistes qui ne dédaignent pas le système parlementaire, c'est faut-il créer et voter pour un parti qui porte nos couleurs, comme l'Alliance Royale, pré-citée; ou bien faire de l'entrisme, c'est-à-dire intégrer des partis républicains pour y défendre nos idées ?[ A ce sujet, une étude intéressante et récente "L'état du royalisme en France en 2009" parue aux éditions SYLM, montrait d'ailleurs, qu'on trouve des royalistes sur tout l'échiquier politique; de l'extrême-droite à l'extrême-gauche (si, si).]


Telle est la question ! Mais d'autres surgissent aussitôt. Si on décide de militer au sein de partis républicains, ne risque-t-on pas d'y perdre notre âme et d'être étouffés par la masse ? Si par contre on décide de  militer au sein d'un parti royaliste comme l'AR, ne risque-t-on pas d'être marginalisé et inaudible, à cause du mode de scrutin, en cours en France, qui favorise les grandes formations politiques ?


C'est" le serpent qui se mord la queue", pourrait-on dire.


Pour que nous ayons un tant soit peu d'audience, il faut changer le mode de scrutin et proposer la proportionnelle ou au moins, une certaine dose. Nous pourrons ainsi être élus et proposer aux français une autre idée de la politique, basée sur cette démocratie équitable, que nos compatriotes, confusément, appellent de leurs voeux et qui nous ait si chère. Une démocratie équitable, fondée sur les corps intermédiaires, véritables contre-pouvoirs à toute oligarchie, d'où qu'elle vienne, et "chapeautée" ou mieux "couronnée" si je puis dire, par le roi, symbole de la nation, de son passé...et de son devenir, au sein d'une Europe, réconciliée avec elle-même (c'est-à-dire avec ses racines) et avec ses peuples.


Comme on le voit, le régime parlementaire, n'est ni bon, ni mauvais en soi, c'est la façon dont on l'utilise qui peut l'être.


A nous, royalistes, de montrer qu'on peut le mettre au service du Bien-Commun...Avec l'aide de Dieu, ils va sans dire. N'en déplaise à nos amis non-croyants ou agnostiques (puisqu'ils en existe aussi dans nos rangs).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article