Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Écrit par Civitas   
08-12-2011

Chiffre d’affaire net (1)  : 5 205 000 € (Production vendue) Subventions : 4 021 000 € La fréquentation de ce théâtre privé ne se fait donc à près de 80 % que par des subventions publiques et de quelques mécènes qui peuvent être aussi des établissements publics ! La seule mairie du VIII° arrondissement verse plus d’un million d’euros à M. RIBES, gérant ET propriétaire à hauteur de 42% du capital social du théâtre du Rond Point (le reste du capital est détenu par M. Gérard Garouste, 28%, et M. Edy Saiovici, 30%).  

 

La masse salariale est de 4 567 000 € pour un effectif moyen de 69 salariés (Salaires : 3 022 127 + charges : 1 545 154) : il serait intéressant de connaître le salaire du très culturel et désintéressé propriétaire-gérant Jean-Michel RIBES…En effet, à la rubrique « Rémunération de la Gérance » les administrateurs sont simplement et pudiquement appelés à « bien vouloir statuer sur la rémunération de la gérance (sic) » : circulez, il n’y a rien à voir. Quelle délicatesse, quelle belle pudeur : nous sentons là un profond sens artistique totalement immatériel…

 

L’année 2010 a comptabilisé 210 993 spectateurs pour une recette (mises à disposition des salles comprises) de 5 205 000 € , soit une place moyenne de 24.67 €. Elle devrait être de 44 € sans les subventions publiques et celles des « Mécènes ». Il y a eu 820 représentations pour un total de 210 993 spectateurs. Soit une ridicule moyenne de 257 par séance, y compris les très nombreux « invités » qui ne payent jamais ! Voilà un bref résumé sonnant et trébuchant de l’exercice culturel du théâtre du Rond Point du provocateur Jean-Michel RIBES rappelé à la réalité des faits.

 

François-Xavier Peron, porte parole de l’Institut CIVITAS

 

Correctif à propos des subventions du théâtre du Rond-Point par la mairie du VIII° Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Civitas   
08-12-2011

A la demande de la mairie du VIII° arrondissement de Paris, nous apportons bien volontiers le correctif suivant concernant les subventions attribuées au théâtre du Rond Point, théâtre privé appartenant à hauteur de 42% à M. Jean-Michel RIBES. La subvention de plus d'un million d'euros n'a pas été attribuée par la mairie du VIII° arrondissement, mais par la mairie de Paris et son maire M. Bertrand DELANOË. La mairie du VIII° n'a émis qu'un avis certes favorable à l'unanimité mais uniquement consultatif. Un avis défavorable n'aurait rien changé à la volonté de la mairie de Paris d'attribuer cette subvention à M. Jean-Michel RIBES.

 

Notons aussi , par souci d'objectivité que - Mme Christine PIREDDA "trouve le montant de cette subvention de fonctionnement absolument astronomique" et "que cette pratique existe souvent dans les théâtre subventionnés qui préfèrent jouer devant des salles pleines plutôt qu’aux trois-quarts vides, mais elle convient que cette politique de distribution d’invitations peut, parfois, être assimilée à du clientélisme." -  Mme Chantal TIBERGHIEN s’interroge sur le taux de spectateurs non-payants à chaque représentation, qui atteindrait 60 %. -  Mme Christine PIREDDA répond que cette pratique existe souvent dans les théâtre subventionnés qui préfèrent jouer devant des salles pleines plutôt qu’aux trois-quarts vides, mais elle convient que cette politique de distribution d’invitations peut, parfois, être assimilée à du clientélisme.

 

Enfin afin qu'il n'y ait aucun doute sur la véracité des faits, Civitas vous propose la lecture ci-après de la délibération concernant cette affaire de "clientélisme" (sic)  : "Le conseil d’arrondissement, légalement convoqué, s’est réuni à la mairie du 8e arrondissement le lundi 15 septembre 2008, en séance publique, sous la présidence de M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement.  

 

Membres présents : M. François LEBEL,M. Didier DECELLE, Mme Martine MERIGOT de TREIGNY, Mme Christine PIREDDA, M. Marc PACHECO, Mme Sophie BOYER CHAMMARD, Mme Françoise MEYER, M. Arnaud MAGGIAR, M. Alain-Pierre LEVY, Mme Chantal TIBERGHIEN, Mme Erika DUVERGER Membres excusés : Mme Heidi RANÇON-CAVENEL,, M. Pierre LELLOUCHE   L’ordre du jour est le suivant : [Extrait] DAC 08-112 – Signature d’un avenant à la convention du 4 janvier 2008, avec la SARL « Théâtre du Rond-Point » (8e), pour l’attribution d’une subvention de fonctionnement – Montant 997 500 euros et signature d’une convention relative à l’attribution d’une subvention de d’équipement – Montant 68 900 euros.  

 

11°/ Mme Christine PIREDDA , adjoint au maire du 8e arrondissement, présente le projet de délibération qui concerne la signature d’un avenant à la convention du 4 janvier 2008, avec la SARL « Théâtre du Rond- Point » (8e), pour l’attribution d’une subvention de fonctionnement de 997 500 euros et la signature d’une convention relative à l’attribution d’une subvention d’équipement de 68 900 euros. Mme Christine PIREDDA déclare qu’il s’agit d’attribuer deux subventions au Théâtre du Rond-Point, à parité avec l’Etat. En ce qui concerne la subvention d’équipement, il s’agit de procéder au remplacement du monte-décors et des strapontins dans la salle Renault-Barrault et à la fourniture et à la pose d’une mezzanine dans le local des décors. Le montant total de ce programme d ‘équipement s’élève à 172.254,72 euros.

 

La part de la Ville de Paris est fixée à 68.900 euros. Mme Christine PIREDDA explique que cette subvention est justifiée. Les travaux sont d’ores et déjà engagés et font partie d’un ensemble déjà voté. En ce qui concerne la subvention de fonctionnement, son montant total pour l’année 2008, fixé à parité avec l’Etat, s’élève à 1.885.000 euros, soit 997.500 euros pour la Ville de Paris. La part de la subvention de la Ville de Paris est donc en augmentation de 100.000 € par rapport à 2007 (887.500 €). Par ailleurs, une subvention particulière de 10.000 euros est accordée au titre de la « Nuit Blanche » 2008.

 

Mme Christine PIREDDA trouve le montant de cette subvention de fonctionnement absolument astronomique. Elle se demande surtout ce qui justifie une augmentation de 6,2 % de la part attribuée à la Ville de Paris, notamment au vu de la programmation.


Mme PIREDDA s’interroge également sur le complément de 10.000 € au titre de la « Nuit Blanche » 2008. L’organisation de l’événement – lecture de 500 textes courts par 100 comédiens qui, vraisemblablement, ne seront pas rémunérés - ne lui semble pas justifier cette somme. Mme PIREDDA rappelle enfin que la mairie du 8e a, de son côté, proposé une animation pour la « Nuit Blanche » 2008 ; si cette proposition a bien été retenue, en revanche, aucune subvention n’a pu être obtenue. Mme Christine PIREDDA propose donc aux conseillers d’amender ce projet de délibération et de voter l’article 2 suivant :


« S’agissant de l’attribution de subventions au Théâtre du Rond-Point, les élus du 8e arrondissement considèrent que les dépenses de fonctionnement, en constante augmentation depuis plusieurs années, font apparaître, pour 2008, un complément de 110.000 euros pour la Ville et de 110.000 euros pour l’Etat, ce qui porte à 3.770.000 euros le montant annuel de la subvention, soit une progression de 6,2% ! Cela les amène à s’interroger sur les motifs qui ont conduit à une telle augmentation, au regard de la programmation annoncée pour cette année.Par ailleurs, il est proposé une subvention de 10.000 euros pour la participation du théâtre à la  Nuit blanche. »

 
« Le conseil du 8e arrondissement déplore, d’une part, que soient regroupés dans une même délibération deux projets de subvention de nature différente, l’une relevant du fonctionnement et l’autre de l’équipement ; d’autre part, que soit attribuée une subvention de 10.000 euros au titre de la « Nuit blanche" , alors que les élus du 8e arrondissement ont proposé un projet d’animation pour ladite « Nuit », projet qui a été retenu par la mairie de Paris mais pour lequel cette même mairie a refusé tout soutien financier. »

 
M. Didier DECELLE dit qu’il est particulièrement important de contester une telle démarche qui vise à regrouper dans une même délibération deux subventions différentes dont l’une est sujette à caution. Mme Christine PIREDDA demande si les subventions dans le cadre de la « Nuit Blanche » font l’objet d’un vote au Conseil de Paris.
M. François LEBEL répond qu’à cette exception notable faite pour le théâtre du Rond-Point, la « Nuit Blanche » est organisée par une structure associative qui reçoit à ce titre une subvention pour les événements qu’elle organise. Aucune initiative individuelle n’est donc directement subventionnée par le Conseil de Paris. M. Didier DECELLE trouve que cela ressemble à un tour de passe-passe.

 
Mme Chantal TIBERGHIEN s’interroge sur le taux de spectateurs non-payants à chaque représentation, qui atteindrait 60 %.


Mme Christine PIREDDA répond que cette pratique existe souvent dans les théâtre subventionnés qui préfèrent jouer devant des salles pleines plutôt qu’aux trois-quarts vides, mais elle convient que cette politique de distribution d’invitations peut, parfois, être assimilée à du clientélisme.


A L’UNANIMITE (12 voix dont le pouvoir de M. Pierre LELLOUCHE à Mme Françoise MEYER), le conseil du 8e arrondissement donne un AVIS FAVORABLE à ce projet de délibération amendé."     Bonne lecture à tous et nos regrets à la mairie du VIII° pour cet "incident" qui nous a permis de rendre à César ce qui appartient à César et à M. DELANOË ce qui lui revient....comme un boomerang !  

 

François-Xavier Peron, porte-parole de Civitas    

 

Civitas


17, rue des Chasseurs - 95100 Argenteuil
01.34.11.16.94
secretariat@civitas-institut.com
www.francejeunessecivitas.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article