Louis de Bourbon, duc d'Anjou, Louis XX

sarlxx« Si les Français m'appellent je ne me déroberai pas. [...] Je me sens prêt. Ce sera un changement de vie important, bien sûr, mais les grandes responsabilités ne me font pas peur. »

« Je suis disponible pour la France. »

La France a-t-elle vraiment besoin d’un roi ?


« Pourquoi pas ? Pour moi, la monarchie est une forme de continuité, un lien avec l’Histoire. C’est une notion évolutive, moderne. Avec la mondialisation, on perd parfois le nord... La monarchie est un repère. Vous ne pouvez pas vous construire un futur si vous ne connaissez pas votre passé. »

Louis XX, entretien de juillet 2010.

« Je n'entends pas m'adresser aux nostalgiques mais aux porteurs d'espoirs ; à ceux qui n'ont pas peur des lendemains selon la belle formule du feu Saint-Père. Je le fais avec d'autant plus de conviction que cet espoir n'est pas une utopie. Il est prouvé en permanence par les dix siècles d'histoire que ma famille a écrit avec les Français.

Espoir insufflé par Hugues Capet et les premiers capétiens lorsqu'ils ont restauré le royaume au Xe siècle. Espoir de la souveraineté retrouvée avec Jeanne d'Arc et Charles VII lorsque certains avaient failli faire disparaître la France avec le traité de Troyes qui sacrifiait notre indépendance en même temps qu'il niait la légitimité de la succession statutaire. Espoir encore, incarné avec le bon Roi Henry IV lorsqu'il reconstruit le royaume après trente ans de guerres.

Chaque fois ce fut l'union de la dynastie avec les Français qui a permis de reprendre le chemin des lendemains meilleurs. Quelle belle leçon ! Cet espoir, en tant qu'héritier légitime des Rois de France, je souhaite l'incarner. »

Louis XX, allocution du 21 janvier 2008.

« Notre chance n'est-elle pas de posséder une tradition vieille de mille cinq cents ans sur laquelle notre pays est construit ? Tradition qui s'incarne dans une famille dont j'assume actuellement les devoirs.

Aucun de nous ne sait ce que sera demain, mais nous savons, en revanche, tous que cet avenir sera ce que nous en ferons, sans place à la fatalité. Il est ce que notre volonté voudra qu'il soit. Tel était aussi bien le message de Louis XVI qui, en dernier ressort, s'en est remis à la France dont il souhaitait qu'elle retrouve le sens de ses valeurs et de sa tradition.

En ce début d'année, la Princesse Marguerite, notre fille la Princesse Eugénie, et moi-même, nous vous assurons de tous nos souhaits pour notre Pays, pour vos familles et pour tous les Français éprouvés en grand nombre par les temps instables que nous traversons.

Que tous les Saints de France, que Saint-Louis, continuent à protéger la France afin qu'elle demeure la grande et puissante nation édifiée par la sagesse et la patience des Capétiens. »

Louis XX, déclaration du 18 janvier 2009.


« Je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui aujourd'hui sont nourris par une vision d'avenir, celle-là même qui a déjà bâti la France millénaire, et je leur dis d'avoir confiance.

La France et le monde vivent en ce moment des temps difficiles où les fausses certitudes d'hier dont remises en causes, où tout chancelle faute de socle solide. Notre premier devoir est un devoir de mémoire et de fidélité aux valeurs et aux principes incarnés par la royauté française.

Aucun de nous ne peut connaître de quoi sera fait demain, en revanche, chacun peut aider par son attitude personnelle et familiale, sa démarche professionnelle, mais aussi sa prière à construire notre avenir commun.

La France a élevé en son sein de grandes figures que l'Eglise a fait accéder à la sainteté et en particulier Saint-Louis. Prions-les pour notre avenir, pour celui de la France ! »

Louis XX, déclaration du 30 janvier 2009.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog