Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

« L’amour pour ses Rois est une des vertus des Français, et Sa Majesté en a reçu personnellement, des marques trop touchantes, pour pouvoir jamais les oublier.

Les factieux sentaient bien, que tant que cet amour subsisterait, leur ouvrage ne pourrait jamais s’achever.

Ils sentirent également que pour l’affaiblir, il fallait, s’il était possible, anéantir le respect qui l’a toujours accompagné ; et c’est la source de tous les outrages que le Roi a reçu depuis deux ans, et de tous les maux qu’il a souffert.

Sa Majesté n’en retracerait pas ici l’affligeant tableau, si elle ne voulait faire connaître à ses fidèles sujets, l’esprit de ces factieux, qui déchirent le sein de la patrie, en feignant de vouloir la régénérer. »

Louis XVI le Bienfaisant, le 20 Juin 1791.

Honneur & Fidélité ! Vive le Roi !

Vigo B.

 

 

louis XVI SAR LXX

 

 

 

 

Imprégnez-vous compagnons de ces mots qui ont 219 ans, mais qui n'ont pas pris une seule ride ! Les Principes sont intemporelles, la Vérité immuable !

Que cet état d'esprit vous anime toutes & tous !

"Nous, Français fidèles, Français dignes de nos rois, de nos aïeux et de notre nom, sera-ce par des pleurs stériles que nous nous bornerons à honorer aujourd'hui la mémoire du Roi-Martyr ?

N'attendant que justice que de leur épée, jadis nos ancêtres eurent juré sur la tombe de poursuivre, d'immoler ses barbares assassins.

Jurons aujourd'hui sur cette tombe sacrée, de n'offrir à la royale victime qu'une vengeance digne de ses mânes.

L'exil entraîne au loin d'impuissants ennemis ; les plus perfides, les plus dangereux sont dans notre sein.

Parmi nous, autour de nos enfants, circule encore le poison de ces principes subversifs qui ont enfanté la révolte, le parjure et le régicide.

Sur les cendres du Roi qui nous fut ravi, faisons à celui qui nous est conservé le serment de consacrer chaque jour, chaque instant de notre existence à combattre, à extirper les maximes désastreuses, à dissiper cette déplorable ignorance qui les reçoit de la bouche des pervers pour les propager comme les leçons du sage.

Gravons surtout, gravons dans le coeur de la génération qui s'élève le dogme fondamental de la Légitimité* ; ce dogme, première base de l'ordre social, et le plus ferme garant de la paix publique.

*Le mot de Légitimité fait sur les révolutionnaires le même effet que l'eau produit sur l'hydrophobe. C'est la doctrine qu'ils nous ont le plus cruellement reprochée durant leur règne des cent jours."

Extrait de la "Gazette de France", Janvier 1794.

Je tenais également à vous faire partager ce qui suit, par l'intermédiaire de Bo Mimil, que je remercie encore.

Et en ce 21 Janvier, plus que jamais Vive le Roi !

Dans l'Honneur & la Fidélité, la Sagesse & l'Humilité, pour Dieu, la France, le Roi !

Vigo B.

_____________________________________________________

Extrait « Louis XVI, de la prison à l’échafaud » de Cléry, valet de chambre du Roi.

Voici le témoignage de Cléry aux derniers instants du Roi dans la Tour :

La messe commença à six heures. Pendant cette auguste cérémonie, il régna un grand silence. Le Roi, toujours à genoux, entendit la messe avec le plus saint recueillement, dans l’attitude la plus noble. Sa majesté communia : après la messe, le Roi passa dans son cabinet, le prêtre alla dans ma chambre pour quitter ses habits sacerdotaux. Je saisis ce moment pour entrer dans le cabinet de Sa Majesté : elle me prit les deux mains, et me dit d’un ton attendri :

- Cléry, je suis content de vos soins.
- Ah ! Sire, lui dis-je en me précipitant à ses pieds, que ne puis-je par ma mort désarmer vos bourreaux, et conserver une vie si précieuse aux bons Français ! Espérez Sire, ils n’oseront vous frapper.
- La mort ne m’effraye point, j’y suis tout préparé. Mais vous , continua-t-il, ne vous exposez pas ; je vais demander que vous restiez auprès de mon fils : donnez-lui tous vos soins dans cet affreux séjour ; rappelez-lui, dites-lui bien toutes les peines que j’éprouve des malheurs qu’il ressent : un jour peut-être il pourra récompenser votre zèle.
- Ah ! Mon maître, Ah ! Mon Roi, si mon dévouement le plus absolu, si mon zèle et mes soins ont pu vous être agréable, la seule récompense que je désire de Votre Majesté, c’est de recevoir votre bénédiction : ne la refusez pas au dernier Français resté près de vous.

J’étais toujours à ses pieds, tenant une de ses mains : dans cet il agréa ma prière, me donna sa bénédiction, puis me releva, et me serrant contre son sein :

- Tenez, voici une lettre que Pethion m’a écrite lors de votre entrée au Temple, elle pourra vous être utile pour rester ici.

Je saisi de nouveau sa main, que je baisai, et je sortis.

- Adieu, me dit-il encore, Adieu !...
Je rentrai dans ma chambre, et j’y trouvai M. de Firmont faisant sa prière à genoux devant mon lit.
- Quel Prince ! me dit-il en se relevant ; avec quelle résignation, avec quel courage il va à la mort ! Il est aussi calme, aussi tranquille que s’il venait d’entendre la messe dans son palais, et au milieu de sa cour.
- Je viens d’en recevoir, lui dis-je, les plus touchants adieux ; il a daigné me promettre de demander que je restasse dans cette tour auprès de son fils : lorsqu’il sortira monsieur, je vous prie de le lui rappeler ; car je n’aurai plus le bonheur de le voir en particulier.
- Soyez tranquille, me répondit M. de Firmont ; et il rejoignit Sa Majesté.
A sept heure, le Roi sortit de son cabinet, m’appela, et, me tirant dans l’embrasure de la croisée, il me dit :
- Vous remettrez ce cachet à mon fils, cet anneau à la Reine ; dites-lui bien que le quitte avec peine … Ce petit paquet renferme des cheveux de toute la famille ; vous lui remettrez aussi…Dîtes à la Reine, à mes chers enfants, à ma sœur, que je leur avais promis de les voir ce matin ; mais que j’ai voulu leur épargner la douleur d’une séparation si cruelle. Combien il m’en coute de partir sans recevoir leurs derniers embrassements !...

Il essuya quelques larmes, puis il ajouta, avec l’accent le plus douloureux :

- Je vous charge de leur faire mes adieux !..

Il entra aussitôt dans son cabinet.
Les municipaux, qui s’étaient approchés, avaient entendu Sa Majesté, et l’avaient vue me remettre les différents objets que je tenais encore dans mes mains. Ils me dirent de les leur donner ; mais l’un d’eux proposa de m’en laisser dépositaire, jusqu’à la décision du conseil : cet avis prévalut.
Un quart d’heure après, le Roi sortit de son cabinet :

- Demandez, me dit-il, si je puis avoir des ciseaux.

Et il rentra. J’en fis la demande aux commissaires :

- Savez-vous ce qu’il veut en faire ?
- Je n’en sais rien.
- Il faut le savoir.

Je frappais à la porte du petit cabinet, le Roi sortit.
Un municipale qui m’avait suivi lui dit :

- Vous avez désiré des ciseaux ; mais, avant d’en faire la demande au conseil, il faut savoir ce que vous voulez en faire.

Sa Majesté lui répondit :

- C’est pour que Cléry me coupe les cheveux.

Les municipaux se retirèrent ; l’un d’eux descendit à la chambre du conseil, ou, après une demi-heure de délibération, on refusa les ciseaux. Le municipal remonta, et annonça au Roi cette décision.

- Je n’aurais pas touché les ciseaux, dit Sa Majesté ; j’aurais désiré que Cléry me coupât les cheveux en votre présence. Voyez encore Monsieur ; je vous prie de faire part de ma demande.
Le municipal retourna au conseil qui persista dans son refus.
Ce fut alors qu’on me dit qu’il fallait me disposer à accompagner le Roi pour le déshabiller sur l’échafaud : à cette annonce, je fus saisi de terreur ; mais rassemblant toutes mes forces, je me préparais à rendre le dernier devoir à mon maître, à qui cet office fait par le bourreau répugnait, lorsqu’un autre municipal vint me dire que je ne sortirais pas, et ajouta :

- Le bourreau est assez bon pour lui.

Paris était sous les armes depuis cinq heures du matin ; on entendait battre la générale ; le bruit des armes, le mouvement des chevaux, le transport des canons qu’on plaçait et déplaçait sans cesse, tout retentissait dans la tour.
A neuf heure le bruit augmente, les portes s’ouvrent avec fracas ; Santerre, accompagné de sept à huit municipaux, entre à la tête de dix gendarmes, et les ranges sur deux lignes. A ce moment le Roi sortit de son cabinet :

- Vous venez me chercher ?
- Oui.
- Je vous demande une minute.

Et il entra dans son cabinet. Sa Majesté en ressortit sur-le-champ, son confesseur le suivait ; le Roi tenait à la main son testament, et s’adressait à un municipal nommé Jacques Roux, prêtre jureur qui se trouvait plus en avant :

- Je vous prie de remettre ce papier à la Reine, à ma femme.
- Cela ne me regarde point, répondit ce prêtre en refusant de prendre l’écrit : je suis ici pour vous conduire à l’échafaud.

Sa Majesté s’adressant à Gobeau, autre municipal :

- Remettez ce papier je vous prie, à ma femme. Vous pouvez en prendre lecture ; il y a des dispositions que je désire que la commune connaisse.

J’étais derrière le Roi, près de la cheminée ; il se tourna vers moi, et je lui présentais un redingote.

- Je n’en ai pas besoin, me dit-il ; donnez-moi seulement mon chapeau.

Je lui remis. Sa main rencontra la mienne, qu’il serra pour la dernière fois.

- Messieurs, dit-il en s’adressant aux municipaux, je désirerais que Cléry restât près de mon fils, qui est accoutumé à ses soins ; j’espère que la Commune accueillera cette demande.

Puis regardant Santerre :

- Partons.

Ce furent les dernières paroles qu’il prononça dans son appartement A l’entrée de l’escalier il rencontra Mathey, concierge de la tour, et lui dit :

- J’ai eu un peu de vivacité avant-hier envers vous ; ne m’en veuillez pas.

Mathey ne répondit rien, et affecta même de se retirer lorsque le Roi lui parla.
Je restai seul dans ma chambre, navré de douleur et presque sans sentiment. Les tambours et les trompettes annoncèrent que sa majesté avait quitté la Tour…Une heure après, des salves d’artillerie, des cris de « Vive la nation ! vive la république ! » se firent entendre…
Le meilleur des rois n’était plus !

(« Louis XVI, de la prison à l’échafaud » p 136-142)

 Louis XVI 3

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article