Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Bien Commun

portrait-discours-aigues-mortes-2014

 

Discours prononcé à la fin de la messe pontificale célébrée par Monseigneur Wattebled, évêque de Nîmes, Uzès et Alès en l'église Notre Dame des Sablons le 25 avril 2014. La célébration a été organisée par le clergé et les autorités municipales à l'occasion du jour anniversaire de la naissance et du baptême du Roi Saint Louis.


Monseigneur (l'Evêque de Nîmes NDLR),
Monsieur le Curé (Père Pierre Lombard NDLR),
Mesdames et Messieurs,


Chers Amis

Je tiens tout d'abord à exprimer mes remerciements aux autorités religieuses d'Aigues-Mortes qui, pour le 800e anniversaire du baptême de Saint Louis, avec cette messe solennelle présidée par Son Excellence Monseigneur l'Evêque de Nîmes, et la bénédiction du reliquaire, ont tenu à lui rendre hommage. Je m'associe, en tant qu'aîné des descendants du roi, chef de la Maison Capétienne, à cet anniversaire qui, par un hasard que je considère comme un signe du Ciel, est aussi le mien. En effet, le roi et moi, sommes nés exactement jour pour jour, à 760 ans d'écart, un 25 avril.

 

Aussi, j'ai accepté avec joie l'invitation qui m'était faite par les autorités religieuses et civiles de me rendre aujourd'hui dans cette ville royale si imprégnée du souvenir de Saint-Louis puisqu'il l'a fondée et y est venu à plusieurs reprises. Je peux, ainsi, inaugurer officiellement cette année de commémorations que de nombreuses villes, diocèses et paroisses de France consacrent au Roi.

 

Je souhaite vraiment que cet hommage solennel, permette de mieux connaître la figure exemplaire de Saint Louis, huit siècles après sa naissance. Il n'est pas très courant de pouvoir s'inscrire dans une si longue durée. Pourtant, nous ressentons tous profondément combien le message de cet homme que la destinée a fait devenir roi, est toujours actuel.

 

La célébration liturgique nous a fait souvenir qu'il fut un saint ce qui est déjà exceptionnel pour un homme d'état soumis à beaucoup de pressions et qui devait, sans doute, aussi composer avec une société à la fois rude et fragile. Il n'a pas transigé avec sa foi. Il a adapté sa politique à sa mystique. Mais le roi Louis IX a aussi été un mari aimant et un père soucieux de l'éducation de ses enfants. Voilà encore un second trait de sa personnalité qui parle à notre temps où la famille est si malmenée. Par son exemple il rappelle qu'elle est le socle de la société et qu'il est de notre devoir de la défendre.

 

Enfin, Saint-Louis a été un grand souverain. Il a su réformer les institutions de son temps et mettre en place tant pour la justice, que pour la monnaie et l'administration, les fondements d'un Etat nouveau qui allait progressivement se substituer à la féodalité.

 

Oui, Saint Louis a mérité pour toutes ces raisons l'hommage auquel les Célébrations nationales nous invitent en 2014. Aigues-Mortes l'a compris et il faut remercier les municipalités successives et la communauté paroissiale qui ont toujours donné leur place aux commémorations.

 

Mais je veux terminer ce bref message par une note personnelle. Je l'ai dit, ce 25 avril est aussi mon anniversaire et, avec ma femme, je suis heureux de le vivre ici, à Aigues-Mortes, entouré de vous tous et placé sous la protection de Saint-Louis. Etre à Aigues-Mortes en ce jour est important pour moi car je me souviens que le 23 août 1992, j'y ai effectué un de mes premiers déplacements officiels comme chef de Maison. J'avais 18 ans. J'ai tenu alors mon premier discours public. L'émotion était forte mais il y avait aussi, heureusement, la chaleur de toute une ville qui m'avait fait citoyen d'honneur. Ce sont des choses que l'on n'oublie pas ! La ferveur de l'accueil de 1992 est toujours là. Ma femme, la Princesse Marguerite et moi - même, nous vous remercions du fond du cœur de cette cérémonie d'anniversaire que vous nous offrez à travers l'hommage que vous rendez à Saint Louis.

 

Source : http://www.institutducdanjou.fr/fr/discours/274-25-avril-2014-discours-a-aigues-mortes.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article