Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

onfray.jpg


Texte tiré d'un forum, remis en forme et réécrit en partie par Démocratie Royale (quand on reprend un article, on a la correction de signaler convenablement la source... ayant changé la tournure des phrases du chapeau de présentation et coupé une partie du texte, nous savons que c'est notre texte qui a été utilisé. A bon entendeur.)

 

 

Docteur en philosophie, Michel Onfray, matérialiste, hédoniste et fervent athée, a créé une « Université populaire »  à  Caen dans laquelle il donne des cours de contre-histoire de la philosophie. Dans une série de questions posées par les auditeurs de l'amphithéâtre de Caen dans le cadre « des ultras des lumières  » la Révolution française fut abordée, ce à quoi Michel Onfray a répondu qu'elle était une révolution bourgeoise, qui n'a fait que faire naître de nouveaux privilèges et qui aurait bien pu être évitée si les conditions climatiques avaient été différentes. En somme, elle n'était pas si justifiée que cela. Il s'est ensuite livré à une critique de la volonté générale chez Rousseau. 

 

A la question de savoir si la monarchie n'était pas, en fin de compte, un régime bien meilleur que la république. Voici un résumé de la réponse de Michel Onfray :

 

Les violations envers les droits de l'homme sont en effet aujourd'hui le fait de républiques plutôt que de monarchies. D'ailleurs la plupart des régimes dictatoriaux ou totalitaires étaient des républiques. Les monarchies constitutionnelles actuelles ont donc sans doute des leçons à nous donner, notamment en Europe. Je ne suis pas contre la monarchie, au contraire, je pense qu'elle est bonne mais à condition qu'elle fonctionne bien, c'est-à-dire qu'elle représente bien l'essence de la nation en la personne du roi (ne dit-on pas "le roi est mort, vive le roi" ? Il est la tradition, la continuité).

 

Le problème c'est qu'il ne faut pas que cette monarchie vive en prenant sur l'argent de ses citoyens, qu'il n'y ait pas d'abus de pouvoir. Mais pour moi, l'un des plus grands héros politiques de l'époque est Juan Carlos : il aurait pu abuser de son pouvoir, mais il n'en a rien fait. Il a fait beaucoup plus que la plupart des républicains.

 

Il faudrait que la république fasse une critique interne aujourd'hui, une critique républicaine.

 

[...] La République peut d'ailleurs être monarchiste, au sens de la "res publica" : c'est la chose publique. Rousseau disait que "la monarchie est une république" en effet. En fait, ce qui a tout fait basculer est Varennes. À l'époque tout le monde était monarchiste, même Robespierre. L'alternative se trouvait entre une monarchie de droit divin et une monarchie constitutionnelle en fait. Après Varennes tout change, tout bascule, la confiance n'est plus : Condorcet peut alors inventer la République.

 

Il faudrait donc réfléchir à ce qu'est la République, car aujourd'hui elle n'est pas du tout républicaine ("res publica"). D'ailleurs je crois qu'on est en train d'y réfléchir à nouveau.

 

Source : http://forum.royaliste.org/viewtopic.php?f=35&t=4697

Tag(s) : #Royalisme

Partager cet article

Repost 0