Mort aux cons !… Vaste programme

  • Démocratie Royale
  • Royalisme

 

Dans les 20 premières années du vingtième siècle, hier, mais il y a si longtemps, mon Père répartit sur une remarque qu’il entendait :


- « Cet homme est un faucon »


- « c’est plutôt un vrai con ».


A cette époque où le mot n’avait encore que sa signification originelle (c’est le moins que l’on puisse dire), il se prit un aller-retour… enfin j’avoue ignorer quelle fût la véritable punition appropriée en cette occasion.

Aujourd’hui, pardonnez-moi d’écrire un article réservé à ce sujet : le terme est tellement galvaudé qu’il ne choque -presque- plus, tout juste énerve-t-il, et en tout cas s’applique à tout le monde.


C’est une évolution regrettable de la chanson de Jacques Brel, qui lui chantait l’air de la bêtise, terme qui reste moins injurieux.


Ainsi dit-on que nous sommes tous le con de quelqu’un.


C’est ainsi, chers amis royalistes, que je dois vous avouer que, pour certaines personnes de mon entourage proche, qui pourtant ne vous connaissent pas… vous êtes des cons.


Et oui ! « Tes cons de royalistes… » est une expression qui vient ajouter son poids mort à la pesanteur de la pensée unique qui asphyxie la France, et qui en tout cas rend mon combat plus difficile.


Qu’y a-t-il de con, dans le royalisme ? Pas les idées, non, car elles ne sont pas lues, pas écoutées, pas entendues… donc pas critiquables. En effet, les personnes qui acceptent l’explication, même si elles n’adhèrent pas, les trouvent intéressantes et, même sur mon blogue « royaliste des Hauts de Seine » mon contradicteur « Mécréant » ne se permettrait jamais une telle injure.


Non, ce qui est con, c’est que « ça n’arrivera jamais ». C’est donc du temps perdu.


Mais faut-il savoir lire l’avenir pour proférer une telle affirmation ! Ou plutôt, face à la force (celle de l’habitude ou celle du système), se coucher…


En présence d’une France qui souffre, s’affaiblit au premier détriment des plus défavorisés, est-ce con de se préoccuper de l’avenir, lequel avenir nous concerne, naturellement, mais aussi et surtout nos enfants envers lesquels nous avons quelque devoir ?


Rassurez-vous, amis royalistes, car à cette aune tout le monde y passe : ainsi doit-il en être de l’alpiniste, du circumnavigateur solitaire, du recordman de plongée, du spéléologue, etc…


Dans le domaine politique, on pourrait citer Besancenot, Bayrou, Villepin, toute cette ribambelle d’hommes politiques qui ne deviendront jamais président : que ne s’occupent-ils pas de leur jardin ?


Finalement, le seul qui ne soit pas con, dans cette triste histoire, est-ce le vainqueur d’un moment ? Celui que le suffrage universel consacre ? Eh bien non, même pas. Car sitôt consacré, le voilà qui agit, et pas toujours comme on aurait aimé qu’il le fasse : le voici qui rejoint le troupeau… plus dure sera la chute !


Nous voici au terme de cet article, fort court vous en conviendrez face à l’ampleur du problème.


Néanmoins, et bien que vous y soyez tous confrontés plusieurs fois par jour, je vous prie de m’excuser pour l’emploi répétitif de ce mot que, si l’usage en est désormais répandu, je ne m’habitue décidément pas tout à fait à entendre si fréquemment avec la connotation injurieuse que sa vulgarisation n’empêche pas et que sa vulgarité souligne. Christophe Paillard

 

 

Source Royaume de France  http://www.royaumedefrance.fr/201106050514/mort-aux-cons-vaste-programme/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog