Mouammar kadhafi accuse Nicolas Sarkozy d'être un criminel de guerre

kadhafi.jpg

Dans un discours diffusé à la télévision d'État, le dirigeant libyen a accusé le président Français, Nicolas Sarkozy d'avoir "entaché" l'histoire de la France. Il a exhorté ses partisans à marcher sur la ville de Benghazi pour la libérer.

 

 Vidéo sur ce lien http://www.dailymotion.com/video/xjxdoc_kadhafi-accuse-sarkozy_news

 

"Le dirigeant libyen Mouammar kadhafi a accusé Nicolas Sarkozy d'être un "criminel de guerre" qui a "entaché l'histoire de la nation française". "Ce Sarkozy est un criminel de guerre qui a entaché l'histoire de la nation française et détruit les rapports de son pays avec la Libye et les pays musulmans. C'est un dérangé mental", a-t-il dit dans un message relayé par haut-parleurs à ses partisans rassemblés à al-Ejelat, dans l'est de Tripoli.

"En menant une croisade contre le peuple libyen, il a entraîné son pays dans une guerre perdue. Celui-là n'est pas Français, il faut que le peuple bannisse ce criminel qui n'est pas français", a encore dit Kadhafi, confronté depuis cinq mois à une rébellion armée et isolé par la communauté internationale. La France avait été avec la Grande-Bretagne, le 19 mars, à l'origine du déclenchement des frappes aériennes internationale contre les forces du régime Kadhafi.

(...)

Pour la troisième fois depuis le début du mois, Mouammar Kadhafi s'est adressé à ses partisans, persistant dans une attitude de défi. Dans un enregistrement sonore diffusé par la télévision d'Etat, le dirigeant libyen a accusé le président français Nicolas Sarkozy d'être un « criminel de guerre». «Sarkozy a détruit les rapports de son pays avec la Libye et les pays musulmans. C'est un retardé mental», a-t-il ajouté.


Pointant les frappes aériennes internationales dont la France est à l'origine depuis le 19 mars avec la Grande-Bretagne, Mouammar Kadhafi a reproché au président français d'avoir mené une «croisade contre le peuple libyen». Il a estimé que Nicolas Sarkozy avait entraîné son pays «dans une guerre perdue», et que la France devait bannir «ce criminel».

(...)

Faisant allusion aux origines hongroises du président français, le dirigeant libyen a estimé dans un raccourci que Nicolas Sarkozy n'était «pas Français», ajoutant même qu'il avait selon lui «entaché l'histoire de la nation française».

(...)

«L'heure de la bataille a sonné», a lancé le dirigeant libyen, dans un message relayé par haut-parleurs à ses partisans rassemblés à al-Ejelat, dans l'est de Tripoli, et destiné à galvaniser le moral de ses troupes : «Mon peuple est le plus fort car il défend sa dignité, son honneur et sa terre. Nous sommes là et nous resterons sur cette terre, je resterai aux côtés de mon peuple jusqu'à la dernière goutte de mon sang». «Les croisés seront vaincus car ils mènent une guerre injuste», a-t-il affirmé en faisant allusion aux forces de l'Otan qui bombardent les troupes loyales depuis mars.


Source : Le Figaro et http://www.itele.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog