Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

11/04/2011- 18h00 BREST (NOVOpress Breizh) – « Nolwenn Leroy la Breizh attitude ». Sous ce titre d’apparence anodine le Nouvel Observateur, l’hebdomadaire préféré de la bourgeoisie hors-sol bien-pensante, a publié le 10 mars dernier un papier d’une rare violence contre la chanteuse finistérienne. Qui a publié cette semaine un droit de réponse. Arrêt sur une polémique révélatrice du climat qui règne dans certaines rédactions de l’establishment médiatique. Et qui fait du reuz en Bretagne.

 

 

Manifestement agacé par le succès remporté auprès du public par Bretonne (plus de 500 000 exemplaires vendus), un dénommé Fabrice Pliskin a donc cru bon de déverser sur la chanteuse finistérienne un tombereau d’insanités, plus fielleuses les unes que les autres, lui reprochant tour à tour ses origines, son lieu de naissance, les thèmes de ses chansons et ce qu’elles représentent, et jusqu’à son nom et son prénom ! Tout ça avant d’insinuer que son succès ne serait pas étranger à la progression du FN. « Une petite critique espiègle (sic) sur le disque d’une chanteuse yéyé (resic) » a-t-il déclaré pour tenter de se défendre, en réponse aux protestations suscitées par son article. Qu’en est-il donc de l’espièglerie en question ?

 

Tout à sa hargne Pliskin commence très fort : « La pochette montre la chanteuse à 5 ans, en Bigouden, comme une preuve génétique de sa bretonnante traçabilité. Garantie née coiffée. Après le bébé-éprouvette, le bébé-cornette. » On n’est pas plus aimable. Et de poursuivre : « Avec son prénom de sainte décapitée, Nolwenn affiche un pedigree de la vieille roche. Née à Saint-Renan, son père, Jean-Luc Le Magueresse, est un ancien footballeur professionnel de Brest et de Guingamp. » Une plouc, en quelque sorte, une Bécassine qui n’a pas eu l’honneur de naître à Paris ou à Neuilly. Et circonstance aggravante, d’un père footballeur… et Breton. Déjà, footballeur… mais Breton en plus ! Avec un tel patrimoine génétique… vraiment pas de chance, cette pauvre Nolwenn…

 

Une preuve génétique de sa bretonnante traçabilité?

 

Et le florilège de continuer de plus belle : « Nolwenn Leroy, droite dans ses sabots, s’enivre de cadastre, d’ancrage et de toponymie… Quand elle n’inhale pas avec extase «l’odeur de la bouse mouillée», cette Finistérienne au nom si peu républicain oppose une fin de non-recevoir à l’expérience jacobine: «Je ne serai jamais ta Parisienne», chante Leroy sur des paroles de Miossec…» Se shooter à l’odeur de la bouse mouillée (!)…quand en plus on a le mauvais goût de s’appeler Leroy…et ne pas trop apprécier « l’expérience jacobine »…impardonnable, effectivement.

 

« Son disque subjugue », admet quand même, à regret, le plumitif néo-observatorien, avant de porter le coup de pied de l’âne : « N’est-il pas très comme il faut et propre à incarner ‘l’image de la France rurale, l’image de la France des terroirs et des territoires’, comme dirait dans son style maurrassien le député UMP Christian Jacob? » Nous y voilà. Nolwenn Leroy ne serait donc en réalité que la porte-parole du FN et de l’UMP, réunis pour la circonstance (ce n’est pas dit, bien sûr, mais fortement suggéré). Alan Stivell, les Tri Yann, Miossec ou Souchon apprécieront…


Fabrice Pliskin. "Tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref ‘franchouillard’ ou cocardier, nous est étranger voire odieux."

 

Auteur d’immortels romans (Monsieur météo, Toboggan, ou L’agent dormant) au succès plutôt confidentiel, se déroulant dans le seul environnement qu’il connaisse vraiment : Paris, Fabrice Pliskin s’affiche ici résolument comme un disciple de Georges-Marc Benamou, celui qui écrivait en 1985 dans feu le magazine Globe : « Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref ‘franchouillard’ ou cocardier, nous est étranger voire odieux.» 25 ans plus tard, le discours n’a pas bougé d’un iota.

 

Exerçant son droit de réponse, Nolwenn Leroy, affirme, à juste titre, que Pliskin « établit insidieusement une corrélation entre le succès de l’album et la montée du Front National. » La Bretonne ajoute : « Il m’est imputé d’avoir opportunément pris le parti du régionalisme au moment où la majorité des Français redoutent la mondialisation... » Rappelant que « son attachement à la Bretagne et à sa culture est sincère » elle conclue « qu’elle ne s’attendait pas à trouver pareille déloyauté intellectuelle et perfidie gratuite dans le Nouvel Observateur». Nolwenn Leroy n’est manifestement pas une habituée de cet hebdomadaire.

 

 

Source : [http://breizh.novopress.info/]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christophe 19/12/2013 13:40

Je ne suis pas royaliste, car j'avoue ma méconnaissance complète du sujet. Cependant, cherchant des réponses, j'ai fini par tomber sur vôtre site. Je n'en suis pas mécontent.

Article très intéressant qui met en lumière cette haine viscérale et ancrée de certaines "élites" auto proclamées envers le peuple, sa morale, ses croyances et sa culture profonde. Le Nouvel
Observateur n'en étant que la voix. Voix sombre, arrogante, dégoulinant de haine et de soumission aveugle.

Ironie absolue, alors que Nolwenn était presque oubliée, qu'elle se retrouvait abandonnée après le succès très médiocre de ses précédant albums (Albums écris par d'autres "artistes"), voilà qu'elle
se retourne contre toute attente vers ses racines culturelles. D'après ce que j'ai pu en comprendre dans ses différentes interviews ce ne fut pas facile. Un échec programmé en quelque sorte qu'ils
lui disaient.
Or, voilà qu'elle cartonne. Elle est alors immédiatement rattachée aux médias "mainstream" comme si elle en avait toujours fait partie.
Bien sur on module alors les critiques initiales, le peuple ne doit pas faire de lien.
Et la, tristesse absolue, on la voit chaque fois remercier tous ces idiots et incompétents journalistes, artistes obscurs et figures "populaires" imposées.
Et cela à chaque passage à la télévision, à chaque article de presse etc...

Bref, l'Empire ne comprends rien, aveuglé par ses objectifs obscurs et liberticides. il nous mène à l'abattoir les yeux fermés. et tout le monde applaudit de peur...

SOPHOCLE 12/04/2011 09:03


Que Nolwenn ne se laisse pas intimider pas le dénommé Pliskin, qui
pour beaucoup, est le prototype de l'imbécillité.