Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

m_a_proces.jpg

3 octobre 1793, Ouverture du procès inique de Sa Majesté La Reine de France.

 

Le 3 octobre 1793, Jacques Nicolas Billaud-Varenne demande aux députés de la Convention de traduire Marie-Antoinette devant le Tribunal révolutionnaire. Le 5 octobre 1793, la Convention nationale vote le décret ordonnant que le "tribunal révolutionnaire s'occupera sans délai et sans interruption du jugement de la veuve Capet".

 

Le dossier étant vide, on réunit à la hâte plusieurs comparses subalternes que l'on affuble de la qualité de témoins.

 

Le 6 octobre 1793, une commission constituée du maire de Paris Jean-Nicolas Pache, du procureur de la commune Pierre-Gaspard Chaumette, de deux membres du conseil général et d'un administrateur de police, se rend à la prison du Temple afin de procéder à l'interrogatoire de Louis XVII, et lui faire réitérer les graves accusations d'inceste proférées contre sa mère. Le lendemain, cette commission procède à l'interrogatoire de sa sœur Marie-Thérèse et de sa tante Elisabeth, lesquelles contestèrent les allégations de l'enfant.

 

Le 12 octobre 1793, à six heures, Marie-Antoinette subit, à son tour, un interrogatoire secret destiné à préparer l'audience devant débuter le surlendemain. Entourée de deux gendarmes et d'un huissier, elle traverse la cour des hommes puis, par l'escalier Bonbec, pénètre dans la salle d'audience du Tribunal révolutionnaire. Cette "salle de la Liberté" (Grand'chambre) est la salle dans laquelle les rois tenaient jadis leurs lits de justice (actuelle première chambre du Tribunal de grande instance de Paris).

 

La reine est invitée à s'asseoir sur une banquette, devant le bureau du jeune président du tribunal, Martial Joseph Armand Herman - un protégé de Maximilien de Robespierre-, qui fait office de juge d'instruction, et en présence de l'accusateur public Fouquier-Tinville. Les questions posées à Marie-Antoinette n'appellent pas de réponses : elles constituent déjà des accusations.

 

Le Président Herman demande à la reine ses nom, âge, profession, pays, et demeure. La reine répond : « Marie-Antoinette de Lorraine d'Autriche, âgée de 37 ans, veuve du roi de France ». Les questions s'enchaînent, Marie-Antoinette ne faiblit pas, et écarte les accusations avec autant d'esprit que de lucidité. Les protagonistes ne parlent pas le même langage.

 

Le Président Herman articule son instruction autour de quelques thèmes majeurs, présentés de manière outrancière. Ces thèmes seront développés au cours du procès. Hermanpasse en revue les relations coupables de la reine avec l'Autriche, ses dépenses excessives, son influence néfaste sur Louis XVI, mais aussi son rôle dans plusieurs épisodes controversés de la Révolution : le banquet du 1er octobre 1789, la fuite en berline suivie de l'arrestation à Varennes, le massacre des Tuileries (10 août 1792), plus récemment la "Conspiration de l'Oeillet".

 

Accusation : "Non contente de dilapider d'une manière effroyable les finances de la France, fruit des sueurs du peuple, pour vos plaisirs et vos intrigues, de concert avec d'infâmes ministres, vous avez fait passer à l'empereur des millions pour servir contre le peuple qui vous nourrissait".

 

Marie-Antoinette : Jamais, elle sait que souvent on s'est servi de ce moyen contre elle ; qu'elle aimait trop son époux pour dilapider l'argent de son pays ; que son frère n'avait pas besoin de l'argent de la France ; et par les mêmes principes qui l'attachaient à la France, elle ne lui en aurait point donné".

 

Accusation : " A elle observé (...) que lorsqu'il était question de savoir si Louis Capet sanctionnerait ou opposerait son veto aux décrets rendus dans le courant de novembre 1791, concernant ses frères, les émigrés et les prêtres réfractaires et fanatiques, ce n'est pas elle qui a déterminé Louis Capet à apposer son veto à ces décrets ?

 

Marie-Antoinette : Répond "que son époux n'avait pas besoin qu'on le pressât pour faire ce qu'il croyait de son devoir ; qu'elle n'était point de conseil ; et que ce n'est que là que ces sortes d'affaires se traitaient et se décidaient".

 

Accusation : "C'est vous qui avez appris à Louis Capet cet art de profonde dissimulation avec laquelle il a trompé trop longtemps le bon peuple français, qui ne se doutait pas qu'on pût porter à un tel degré la scélératesse et la perfidie ?

 

Marie-Antoinette : "Oui le peuple a été trompé ; il l'a été cruellement, mais ce n'est ni par son mari, ni par elle."

 

Accusation : Vous n'avez jamais cessé un moment de vouloir détruire la liberté ; vous vouliez à quelque prix que ce fût et remonter au trône sur les cadavres des patriotes ?

 

Marie-Antoinette : "Qu'ils n'avaient pas besoin de remonter sur le trône, qu'ils y étaient ; qu'ils n'ont jamais désiré que le bonheur de la France, qu'elle fut heureuse ; mais qu'elle le soit, ils seront toujours contents".


L'interrogatoire terminé, le Président Herman demande à l'accusée si elle souhaite l'assistance d'un avocat. Épuisée, Marie-Antoinette répond qu'elle n'en connait aucun. Le tribunal lui commet d'office deux avocats : Claude François Chauveau-Lagarde et Guillaume Alexandre Tronsson.

 

Les avocats de Marie-Antoinette ne sont prévenus que le 13 octobre 1793. Or les débats doivent commencer le lendemain matin, dès huit heures. En hâte, Claude François Chauveau-Lagarde revient de sa maison de campagne et se précipite à la Conciergerie, où la reine lui donne la connaissance de l'acte d'accusation. Au greffe, les pièces du dossier sont entassées dans un désordre indescriptible. Il faudrait au moins deux semaines pour trier et y voir clair. Claude François Chauveau-Lagarde réussit à convaincreMarie-Antoinette de solliciter un délai de trois jours. La la Convention nationale refuse la demande, sans même l'étudier.

 

Le 15 octobre 1793, à huit heures du matin, un public nombreux assiste à l'audience du tribunal révolutionnaire, chargé de juger Marie-Antoinette. Celle-ci est conduite vers un fauteuil, placé bien en vue, sur une petite estrade. En face, sont assis Armand Herman, entouré de ses assesseurs, Étienne Foucault, Joseph Donzé de Verteuil, et Marie Joseph Emmanuel Lanne. Dans un coin sombre est assis Fouquier-Tinville. Les douze jurés font leur entrée.

 

Fabricius, le greffier lit les huit feuillets de l'acte d'accusation. Commence alors l'interminable défilé des témoins. Durant quatre séances, étalées sur deux jours, ils seront quarante à être appelés à la barre. Aucun de ces témoins n'apportera des éléments décisifs. La dignité et la hauteur de vue de la reine lui vaudront l'admiration générale. les témoignages sont fondés sur des racontars ou des affabulations.

 

Il y a plusieurs instants d'émotion. Le plus célèbre se situe après la déposition de Jacques-René Hébert. Ce dernier a osé soutenir devant le tribunal que "ces deux femmes (Marie-Antoinette et Élisabeth de France) faisaient coucher (Louis-Charles) (Louis XVII) entre elles deux ; que là, il se commettait des traits de la débauche la plus effrenée. Qu'il n'y avait pas même à douter, parce qu'a dit le fils Capet, qu'il n'y ait eu un acte incestueux entre la mère et le fils". Le président Herman est visiblement embarrassé, fait dévier les débats sur "l'affaire de l'Œillet". Mais après quelques questions, un juré revient sur les propos d'Hébert. Herman demande alors à Marie-Antoinette de s'expliquer. L'exclamation indignée de la reine reste dans toutes les mémoires : "J'en appelle à toutes les mères !" Elle suscita dans l'assemblée un mouvement d'admiration qui fit suspendre les débats.

 

Avant de clore les débats, le président Herman s'adresse à Marie-Antoinette : "Ne vous reste-t-il plus rien à ajouter pour votre défense ? La reine lui répondit qu' "hier, je ne connaissais pas les témoins. J'ignorais ce qu'ils allaient déposer. Eh bien, personne n'a articulé contre moi aucun fait positif. Je finis en observant que je n'étais que la femme de Louis XVI, et qu'il fallait bien que je me conformasse à ses volontés".

 

Aux premières heures de ce matin du 16 octobre 1793, Fouquier-Tinville lance des imprécations vengeresses. Après lui, les avocats de la reine se lancent dans de brillantes improvisations. Leurs plaidoiries n'ont pas été conservées. Claude François Chauveau-Lagarde parle pendant deux heures sur "la prétendue conspiration avec les puissances étrangères". Tronson-Ducoudray réfute les allégations portées "sur les ennemis de l'intérieur". Fouquier-Tinville à bout de patience fait arrêter les défenseurs de la reine en plein tribunal. La cour fait sortir la reine. Le président lui porte alors l'estocade, par un discours qui est en fait un second réquisitoire. Dès lors, la délibération des jurés est de pure forme. Ils répondent OUI aux quatre questions, à savoir si la reine est coupable d'intelligence avec l'ennemi et de participation à un complot contre la République. Fouquier-Tinville requiert la peine de mort. Herman demande à Marie-Antoinette si elle "a quelques réclamations à faire sur l'application des lois invoquées par l'accusateur public. La reine secoue la tête négativement. Herman s'adresse aux avocats, ramenés entre deux gendarmes. Chauveau-Lagarde reste muet. Tronson-Ducoudray ajoute que son ministère à l'égard de la veuve Capet est terminé.

 

Le président condamne alors "ladite Marie-Antoinette, dite Lorraine d'Autriche, veuve de Louis Capet, à la peine de mort. Le présent jugement sera exécuté sur la place de la Révolution, imprimé et affiché dans toute l'étendue de la République".

 

A quatre heures du matin, ce 16 octobre 1793, Marie-Antoinette quitte la salle du tribunal révolutionnaire.

 

Source Facebook Louis XX : https://www.facebook.com/notes/louis-xx/oui-le-peuple-a-%C3%A9t%C3%A9-tromp%C3%A9-il-la-%C3%A9t%C3%A9-cruellement/217904374938712

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article