Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

3644935486.jpgCommuniqué d'Alain Escada, secrétaire général de l'Institut Civitas
 
Alain Escada est le secrétaire général de l'Institut Civitas qui mène la mobilisation contre l'exposition à Avignon d'une photo sacrilège intitulée Piss Christ. C'est lui qui a appelé à signer une pétition demandant de retirer cette photo de l'exposition de la collection Lambert.
 
Samedi dernier, sur base d'un appel lancé seulement quatre jours auparavant, nous avons pu rassembler plus de 1.500 personnes dans les rues d'Avignon pour défendre l'honneur du Christ. Cette marche s'est déroulée sans le moindre incident, de la place du Palais des Papes d'Avignon jusqu'aux portes du musée abritant la collection Lambert. Ce même samedi, une délégation avait été reçue par la Mairie d'Avignon. Contrairement à ce qui nous avait été dit, la direction de l'exposition a par contre préféré la stratégie de la chaise vide à l'heure où nous avions proposé une rencontre avec notre délégation.
 
Le lendemain matin, selon ce que j'ai pu lire dans la presse, une ou plusieurs personnes aurai(en)t frappé au marteau le cadre contenant la photo scandaleuse avant de prendre la fuite.
 
L'insistance des médias m'invite à publier un communiqué à ce sujet.
 
Il tient en cinq points.
 
1) L'Institut Civitas a toujours agi dans le cadre de la stricte légalité et entend bien continuer à agir de la sorte. Nous avons appelé d'abord à signer une pétition, pétition qui a rassemblé à cette heure près de 82.000 signatures. Nous avons ensuite organisé une manifestation à Avignon qui a rassemblé plus de 1.500 personnes. A l'issue de cette manifestation, j'ai déclaré au micro que l'étape suivante consistait pour nous à faire savoir au sommet de l'Etat notre indignation vis-à-vis de ce sacrilège exposé publiquement avec l'aide de l'argent du contribuable. 
L'Institut Civitas n'a donc aucun lien avec le fait divers qui s'est déroulé dimanche matin.
 
2) L'Institut Civitas n'a ni à cautionner ni à condamner ce qui s'est passé dimanche matin à Avignon. Ce fait divers reflète une exaspération compréhensible. Voilà où mène l'inertie des autorités et le refus de dialoguer de la direction de la collection Lambert.
 
3) Je ne connais pas le véritable contexte de ce fait divers mais je m'étonne que ceux qui l'ont commis aient pu agir avec une telle facilité. Quelques jours au préalable, les organisateurs de l'exposition avaient fait savoir notamment par voie de presse que des mesures de sécurité avaient été prises pour protéger ce qu'ils considèrent comme une œuvre d'art. Il est donc surprenant qu'au lendemain de notre manifestation, l'exposition ait ouvert ses portes dans une certaine désinvolture et sans que la sécurité annoncée ne permette ni d'empêcher la dégradation de la photo litigieuse ni de retenir les auteurs de ce fait.
 
4) Je constate que ce fait divers permet une victimisation qui tombe bien à point pour la direction de la collection Lambert et permet de redorer son blason alors qu'elle était stigmatisée, y compris par des députés et sénateurs, pour le caractère offensant et anti-chrétien qu'elle véhiculait à travers le contenu de cette exposition.
 
5) Je reste persuadé que jamais on n'aurait exposé dans une salle bénéficiant de subventions de la mairie un symbole musulman ou juif baignant dans de l'urine.. Cela témoigne d'une christianophobie qui va grandissante en France depuis quelques années.
  
Je précise encore, si besoin en était, que devant l'obstination de la direction de la collection Lambert à exposer cette photographie sacrilège, nous entendons bien maintenir notre mobilisation et, dans l'attente de nouvelles consignes que nous communiquerons sous peu, nous invitons à continuer à signer notre pétition. Je constate par ailleurs que la dégradation ne devait pas être bien importante puisqu'elle permet dès mardi matin de présenter à nouveau au public cette ignoble photographie.
 
Alain Escada,
secrétaire général de l'Institut Civitas
http://www.civitas-institut.com/
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article