Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale


Altana Otovic. Etudiante.

 

J’aurais aimé déployer une prose des plus grandiloquentes. Un peu de génie n’aurait été que juste politesse envers Celui qui peut tout. Hélas, des poètes, il n’y en a plus et ces quelques lignes seront la complainte pathétique et insensée d’une jeune fille qui croit.

 

Dieu ! Un terme obscène désignant l’ombre évanouie d’un ancien oppresseur dont nos terres ont été libérées, heureusement libérées ! Mais il fallait bien combler cette place laissée vacante : en ces temps impies, comme il n’est plus de Justice divine, il faut que l’homme érige la sienne pour ne pas se morfondre devant l’inégalité désormais inexpliquée.

 

Ce n’est pas un hasard si la dictature communiste russe brûlait les églises et si celles de la Chine et de Cuba se déclarent farouchement athées, coupant les ailes du peuple pour mieux le rendre dépendant de la justice sociale qu’il prétend lui offrir.

 

Nous voilà donc bons à nous rendre coupables et honteux d’une grandeur qui donne le vertige car nous avons appris à regarder en bas. Puisqu’il n’est plus rien pour expliquer le drame, nous voici encombrés d’un complexe de supériorité face à la ruine des autres que seule la nôtre pourra consoler.

 

Nous voilà bons pour la repentance aveugle offerte aux nations affligées de destins difficiles et aux communautés venues de terres éprouvées par l’Histoire : n’avez-vous pas remarqué que les temps ont vu disparaître Dieu en même temps que la fierté de nous-mêmes ?

 

Nous voilà bons à traquer l’excellence, taire la médiocrité et détruire le mérite : « 80% de bacheliers » ordonnés par Mitterrand, une école où les enfants ont l’écriture médiocre et la lecture maladroite, des quotas dans les grandes écoles et un niveau scolaire en déclin continuel car il n’est pas juste qu’il existe de bons et de mauvais élèves ; il faut alors se presser à niveler les terrains rugueux et inégaux, couper les têtes qui dépassent et hisser celles qui attendent en bas.

 

Nous voilà bons à réparer la cruelle nature : pauvres homosexuels sans descendance ! Pauvres couples stériles sans progéniture ! Il nous faut dérober les ventres des autres femmes afin d’offrir justice et égalité aux âmes démunies !

 

Nous voilà bons à dire que tout est relatif et que tout se vaut puisqu’il serait injuste qu’il y ait beauté et laideur, bassesse et grandeur ! Il nous faut terrer ce qui devrait nous rendre fiers : la qualité des uns offense l’orgueil des autres.

 

Nous voilà bons à être dépouillés de bravoure, craintifs face au péril, car nous avons oublié l’idée du destin. Le libre arbitre pur venu nous libérer ne nous diminue-t-il pas finalement à bien des égards ?

 

Nous voilà bons à détester le drame autrefois sublimé, puis à se demander pourquoi l’art est mort en se touchant sur Christine Angot et les tentatives contemporaines d’échapper au médiocre, en empilant des gobelets sur un socle en plastique.

 

Nous voilà finalement bons à rien déconnectés du Ciel, épris d’une justice vaine et artificielle, car Dieu manque à la France, et c’est de votre faute.

 

Altana Otovic, le 19 janvier 2013
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeux gratuits 20/01/2013 18:35

C'est intéressant et à bien des égards pertinent

pierre 20/01/2013 12:56

si Dieu qui est énergie active, manque à la France, la raison est avant tout que la France est totalement déviée de sa route, considérée comme la fille ainee de l'église, c'est surtout une grande
dame qui est devenu prostitué pour vivre, alors qu'elle devrait créatrice comme on le lui a demandé