Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Un arbre de la laïcité à Angers, en novembre 2013.Un arbre de la laïcité à Angers, en novembre 2013. (Compte Twitter de la mairie d'Angers)

Depuis quelques mois, des arbres plantés pour célébrer la loi de 1905 sont décapités par des activistes anonymes qui défendent une France «catholique» et ciblent la «franc-maçonnerie».

 

Depuis quelques mois, des déracineurs anonymes sévissent un peu partout en France. Leurs cibles : un ginkgo biloba par ci, un chêne vert par là. Ces arbres ont un point commun. Ils ont été plantés pour célébrer la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat. De Concarneau à Angers, en passant par Bordeaux et l’Essonne, les actes de vandalisme se multiplient. Si leurs auteurs passent pour l’instant entre les mailles des filets policiers, leurs motivations, elles, semblent claires : défense d’une France «catholique» et rejet de la «franc-maçonnerie».

 

La commune finistérienne de Concarneau a été l’une des premières cibles. En 2006, un arbre d’un an est détérioré. Il est remplacé dans la foulée par un chêne d’Amérique. «Il a grandi, s’est renforcé, explique Pierre Bleuzen, de l’amicale laïque de la ville. Du coup, c’était plus dur de le casser. Il aurait fallu y aller à la tronçonneuse.» Mais cela ne décourage pas pour autant les déracineurs bretons. En décembre 2011, les décorations ornant l’arbre sont arrachées «avec beaucoup d’énergie». Une plainte est déposée, la préfecture saisie, sans succès… Un site régionaliste d’extrême droite, Breiz Atao, salue la détérioration : «En terre chouanne, il y a encore de l’honneur chez les Concarnois pour ne pas se laisser embrigader d’une façon aussi grossière par des nostalgiques de 1793.»


Un tag «France catholique»

Rebelote deux ans plus tard. «Tout ce qui était à portée de mains a disparu, notamment les décorations pour la célébration de l’anniversaire de la loi de 1905 : des figurines de Marianne, une cocarde, un ruban tricolore», se souvient Pierre Bleuzen. Les arbres de Noël, eux, sont épargnés. Pour le président de l’amicale laïque, l’action est préméditée. Il cible notamment la «mouvance catholique traditionaliste». «Ces groupes qui n’acceptent pas la laïcité sont sortis du bois. Ils s’autorisent à prendre la parole, alors qu’ils ne le faisaient pas avant.»

A Bordeaux, il n’aura fallu que quelques jours pour que le ginkgo biloba planté par le comité Gironde-Aquitaine «Les arbres de la laïcité» ne soit scié. L’action se déroule dans la nuit du 20 au 21 décembre dernier. Là encore, les auteurs sont anonymes. Tout juste signent-ils leur action d’un tag «France catholique» à la bombe noire. «On replantera, autant de fois que nécessaire», martèle Marie-Christine Damian-Gautron, présidente du comité.

 

Même détermination chez Romain Colas, maire PS de Boussy-Saint-Antoine, dans l’Essonne, dont le robinier (une variété d’acacia) a été coupé fin janvier. «Il avait vécu sa vie pendant une bonne année, avant qu’on ne découvre, un matin, qu’il avait été scié, raconte l’édile. Ce n’était pas un acte de dégradation classique. C’était fait proprement, ce qui nécessite une préméditation.» L’élu, lui, ne se laisse pas abattre : «La symbolique en politique, ça compte. Cet arbre sera replanté. La République doit gagner contre les délinquants et les factieux.»

«Ce mouvement se sent décomplexé»

 

A Boussy, le sciage a en effet été revendiqué, dans un communiqué, par un mouvement nommé «Combattre la Franc-Maçonnerie». Dénonçant la «mainmise de clans maçonniques […] réfugiés, en pleutres, derrière l’opacité qui protège leurs ambitions personnelles et derrière l’utilisation trompeuse d’une laïcité dévoyée», cette obscure organisation ne semble pas avoir digéré que le robinier de Boussy ait été planté à l’initiative des représentants locaux du Grand Orient de France. Un «parrainage» dont Romain Colas ne se cache d’ailleurs pas : «Je considère que la défense de la laïcité est une valeur que nous avons en commun.» 

 

Daniel Keller, grand maître du Grand Orient de France, revendique l’attachement de son organisation à ces cérémonies : «Les arbres de la laïcité sont un symbole, qu’on peut d’ailleurs rattacher aux arbres de la liberté de la Révolution française.» Comme lui, Romain Colas s’alarme de la récurrence des décapitations d’arbres. «C’est l’action d’une frange extrémiste et ultra-minoritaire de la société française, mais qui a toujours existé, estime-t-il. Elle a eu une fenêtre pour s’agréger avec l’opposition au mariage gay. Ce mouvement m’inquiète car il se sent décomplexé.»


Une préoccupation partagée par Frédéric Béatse, maire PS d’Angers, où des serial coupeurs ont frappé à deux reprises. Une première fois en novembre 2013, une seconde en décembre. Lors de leur deuxième passage, les auteurs font passer un message, laissant un écriteau «Arbre à quenelle» et des inscriptions à la craie contre les francs-maçons. Pour le maire, cela «ne traduit pas un mouvement de fond, mais l’action d’un groupe d’excités». Il cite notamment «la présence d’étudiants d’extrême droite à l’université». Le responsable local du RED (Rassemblement des étudiants de droite, un mouvement extrémiste dissous en 2008) nie toute implication, même si la décapitation semble l’amuser.

 

Le site le «Rouge et le noir», gazette en ligne «catholique» et de «réinformation», salue l’action de vandalisme : «La République aime les arbres. Elle a fondé sa religion, la laïcité dont nous ne voulons pas, sur cet emblème qui figure au dos des pièces d’un et de deux euros.» Pas de quoi décourager Frédéric Béatse : «On replantera s’il le faut, ils finiront bien par se faire prendre.»

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

d'Artagnan 07/02/2014 15:11

Ce que la république nous cache
http://hiddenrebellion.com/