Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

ABBE SAUNIERE


Portrait de l'Abbé Saunière

 

"Dans le Limouxin, déclare André Galaup, un cercle restreint de prêtres se retrouvait régulièrement dans des réunions politiques : ils militaient pour le retour du roi sur le trône. Ils collectaient des fonds qu'ils déposaient dans des banques de la région, l'intérêt des placements à 3 % permettant d'alimenter un fonds de propagande. Mais le roi n'est jamais remonté sur le trône et les sommes furent restituées à leurs donateurs".

 

À l'époque, "il se disait que Saunière avait été écarté du mouvement car il aurait profité de ces placements à des fins personnelles ; on n'en a pas la preuve". En cette fin de XIXe siècle, il faut tout de même rappeler le contexte politique particulièrement tranché : républicains anticléricaux d'un côté, monarchistes cléricaux de l'autre.

Cependant, en 1885, lors d'un sermon prononcé en l'église de Rennes, et en pleine période d'élections législatives, Saunière a tenu des propos antirépublicains. L'affaire est remontée jusqu'au ministère des Cultes et le curé de Rennes fut l'objet d'une mutation disciplinaire à Narbonne pendant un an, sans traitement. En 1886, il réintégra sa cure.

 

Brillant orateur, cultivé, doté d'une voix de stentor, physiquement imposant et dégageant une énergie communicative, Saunière ne manquait pas d'arguments pour séduire. L'évêque de Carcassonne a-t-il craint des retombées collatérales négatives sur son clergé en raison de l'engagement politique du curé ? Un Saunière qui, dans le livre d'A.Galaup, se comporte comme un électron libre vis-à-vis de sa hiérarchie...

Et celui-ci a-t-il vraiment détourné de l'argent "royaliste" ? Quelle était son influence au sein des milieux monarchistes (il a reçu la visite d'aristocrates européens) ? La délirante affaire du trésor cache peut-être des réalités beaucoup plus terre-à-terre et historiquement palpables. "J'aimerais que des historiens se penchent sur le sujet", confie André Galaup.

 

 

La couverture du livre est un inédit : on y devine Saunière inspectant les travaux.

Un curé royaliste voulant bâtir un second Lourdes ?

La couverture du livre est un inédit : on y devine Saunière inspectant les travaux. (Reproduction Guillaume)

Rennes-le-Château, en quête de vérité". C'est le titre du livre écrit par notre ancien confrère André Galaup. Il ne propose pas une théorie de plus sur l'art et la manière d'aller découvrir le trésor de Béranger Saunière, curé de Rennes à la fin du XIXe siècle (mort en 1917) qui fit construire de belles bâtisses (tour Magdala, villa Béthanie) et restaurer son église alors qu'il ne possédait aucune richesse personnelle.

 

"En tant qu'ancien journaliste, je m'en suis toujours tenu aux faits", prévient l'auteur. D'où le titre du livre, révélateur de prudence, basé sur des faits véridiques collectés dans les archives départementales, municipales et ecclésiastiques.

 

L'auteur confirme ce que l'on savait : Saunière a bénéficié de dons. Les 3 000 Francs or offerts par la comtesse de Chambord et les sommes provenant des commandes de messes "pour le repos des âmes" étaient envoyés par des catholiques pratiquants, tant du Languedoc que d'autres régions de France.

 

André Galaup ajoute : "Aux gens qui lui demandaient d'où lui venait sa richesse, il répondait simplement : 'J'ai reçu de très nombreux dons. Mon frère était prédicateur (NDLR : jésuite à Narbonne), il avait de nombreuses relations, il me servit d'intermédiaire à ces générosités'".

 

Reconnaissance sociale

Avec l'argent collecté, Saunière, qui vouait une totale admiration à la Vierge et Marie-Madeleine, rêvait-il de transformer Rennes en sanctuaire dédié à ces deux femmes. Jusqu'à en faire un lieu de pèlerinage ? Les travaux entrepris pourraient le laisser supposer. Mais du côté de l'Évêché, à Carcassonne, ça tiquait dur. Qu'un prêtre reçoive autant d'argent et entreprenne des travaux si longs, si coûteux, pas question ! D'où le procès qu'il intenta à Saunière en lui intimant l'ordre d'indiquer l'origine de ses fonds. L'accusé, muré dans le silence, écopa d'une interdiction de dire la messe.

 

"À travers les documents que j'ai pu consulter, Saunière apparaît comme un homme cherchant à s'élever dans la hiérarchie sociale. Il avait fait de brillantes études. D'ailleurs, en raison de ses bons résultats aux examens, dès sa sortie du séminaire, il fut nommé à Alet, une cure de prestige très convoitée à l'époque. Mais ensuite, il fut muté à Le Clat, un village perdu dans la montagne. Et là, malgré mes recherches, je ne suis pas parvenu à savoir pourquoi ? A-t-il déplu à quelqu'un d'influent ?"

 

Cet ouvrage est disponible à la Maison de la presse Linarès.
Cet ouvrage est disponible à la Maison de la presse Linarès. (© D.R)

 

Le dernier livre d'André Galaup est en dépôt-vente à la Maison de la presse espérazanaise chez Jacques et Andrée Linarès rue Gambetta où les intéressés peuvent se le procurer. Il leur sera aussi possible de se le faire dédicacer par son auteur lors d'une séance qui aura lieu très prochainement.


Selon André Galaup, "En quête de vérité", n'est pas un livre de plus sur Rennes-le-Château. Si vous voulez chercher le tombeau du Christ ou de Marie-Madeleine, ou encore l'emplacement du Saint Graal dans le médium de Saturne, par 25° sud en perpendiculaire de Vénus, reposez tout de suite cet ouvrage ! Précisément parce qu'il s'agit d'un travail basé sur des faits, des documents, des interviews", bref, le fruit d'une longue recherche menée dans les archives depuis des décennies.


Enfant du terroir, André Galaup en connaît la pulsation intime. Il connaît ces hommes et ces femmes qui habitent et composent ce beau pays de la Haute-Vallée, parmi lesquels vécut l'abbé Saunière.


Pour l'auteur, la vérité est à trouver au-delà "du célèbre curé dont d'obscurs histrions ont affublé le front d'une auréole de mystères à quatre sous, alors que sa véritable auréole est à quérir au cœur même de sa vie. Un caractère, une force de la nature et de persuasion, une nature, bel homme et bon orateur, charismatique séducteur, sportif, d'une immense culture à la fois théologique et biblique… Oui, l'abbé Saunière que je vous fais découvrir, n'est pas le personnage vénal, œuvrant pour quelques officines occultes".


L'abbé Saunière d'André Galaup est "un homme attachant, passionné, royaliste, ancré dans son temps, où cléricaux et anticléricaux se livraient d'âpres combats. Il voulait faire de Rennes un lieu de pèlerinage marial, dédié aussi à Marie et à Madeleine, deux femmes qu'ils vénéraient."

 

B.C.

 

Source : http://www.midilibre.fr/2012/05/07/des-pretres-antirepublicains-et-royalistes,497224.php http://www.midilibre.fr/2012/05/07/un-cure-royaliste-voulant-batir-un-second-lourdes,497223.php

http://www.midilibre.fr/2012/04/21/en-quete-de-verite-a-rennes-le-chateau-par-andre-galaup,489369.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre hofman 12/06/2012 19:00

pour vivre personnellement une belle connection avec rennes le chateau et ce qui s'en dégage...
il est complètement évident que ce lieu chargé d'histoires garde une influence monarchiste...malheureusement la république est bien loin de tout cela...l'histoire tourne en rond et c'est dommage
car les gens ne savent plus ce que veut dire ROYAL (sans passer par Ségolène)