Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Selon le classement de The Economist, la République française, la patrie "des droits de l'homme" est devenue une démocratie de seconde zone, derrière l'île Maurice, le Cap Vert, le Paraguay ou l'Afrique du Sud. Le verdict est dur pour votre République des Lumières ;  29ème derrière le sacro-saint carré de tête : Royaume de Norvège, Islande,  Royaume du Danemark et Royaume de Suède ! Selon l'indice de démocratie de the Economist, le royaume de Suède est en 2008 le pays le plus démocratique au monde avec un indice de 9,88/10. B.B

 

Dans le déferlement de blagounettes médiatiques que n’auraient pas reniées feu Raymond Devos, et autres jeux de mots Twitter désolants concernant la perte de « notre » Triple A, une claque autrement plus cinglante pour ceux qui nous gouvernent est passée incognito. 

 

La patrie des Droits de L’Homme n’occupe plus en effet qu’une modeste 29ème place, sur 165 états indépendants, au classement établi par The Economist Intelligence Unit (EIU -rapport à télécharger en fin d'article) qui vient de livrer la 4ème édition de son très attendu classement de mesure de « l’indice démocratique » observé dans le monde.

 

Le jeu en question, inventé par le département Statistiques et Documentation du groupe british The Economist, consiste à donner aux Etats du monde une note en matière de pratique démocratique, en calculant un score (« l’indice ») au moyen d’une soixantaine de variables réparties en 5 catégories supposées en exprimer les différentes facettes.

 

Démocratie à bémol

 

Une sorte de conseil de classe de la démocratie, où sont donc passés à la loupe: le processus électoral et le degré de pluralisme, les libertés civiles, le fonctionnement gouvernemental, la participation ainsi que la culture politiques. Les résultats observés ont amené les auteurs à créer 4 grandes familles de régimes politiques, soit les démocraties « absolues », les démocraties « à bémol » (flawed democracies) les régimes dit « hybrides » et les bons vieux régimes autoritaires représentés par la Corée du Nord, lanterne rouge, (c’est le cas de le dire) de l’idéal démocratique à la sauce EIU. 

 

En passant, l’Irak qui vient de subir une cure intensive de training démocratique prodiguée par les teachers de l’Oncle Sam, n’occupe qu’une désolante 112ème place avec une note de 4,03 sur 10. 


[...]


Au royaume de Norvège le peuple est libre. En République Française le peuple est parqué,

En Corée du Nord le peuple est enchaîné !

 

Le verdict est aussi dur pour notre République des Lumières ; partie d’une passable 24ème place à fin septembre 2006 (1ère édition) derrière le sacro-saint carré de tête (Norvège, Islande, Danemark et Suède), elle est parvenue à s’y maintenir à fin 2008 (2ème édition) pour dégringoler à la 31ème place à fin novembre 2010 (3ème édition) et réussir à regagner 2 places à début décembre 2011, avec toutefois la même moyenne générale (7,77 sur 10) qu’un an plus tôt.

 

Pire encore, depuis 2010, la Sarkosie joue en 2ème division, puisque seuls 24 états se disputent la place de leader de la « première ligue démocratique » où figurent très honorablement, la République Tchèque (16ème avec 8,19 de moyenne) l’Uruguay (17ème avec 8,17) la Corée du Sud (22ème avec 8,06) et même l’Ile Maurice (24ème avec 8,04). 

 

Liberté des médias en berne

 

C’est l’Espagne, autre mal aimée de Standard & Poor’s qui ferme la marche de la catégorie des démocraties bon teint.

 

Comme l’expliquent les auteurs, la différence entre les 25 états pleinement démocratiques et ceux (53) où elle subit quelques rayures, provient surtout de la liberté médiatique : « …on observe une augmentation de concentration de la propriété des médias qui a eu un impact négatif sur la diversité des opinions et la liberté d’expression. Dans près de 40 pays, il y a eu depuis 2008 une détérioration des notes obtenues en ce qui concerne la liberté des médias. Cela concerne 3 pays d’Europe Occidentale (France, Italie et Turquie)… ». Délicieuse comparaison avec la Turquie, sommée par Nico Sarko  de rester à la porte de l’Union Européenne pour un soit disant déficit démocratique… 

 

Page 19, nos amis de The Economist, en rajoutent sournoisement une couche lorsqu’il s’agit d’expliquer comment l’économie peut affecter le processus démocratique : «…6 gouvernements de la zone Euro ont été remerciés en 2011 et il y a eu une nette aggravation des manifestations publiques ainsi que du nombre des partis et des mouvements politiques…Dans certain pays, les choix politiques ne sont plus définis par des hommes politiques élus au terme de consultations électorales, mais sont pratiquement fixés par les créanciers du pays, la Banque Centrale Européenne, la Commission Européenne et le Fond Monétaire International… » …

 

C’est Papandhréou, en retraite forcée, qui doit apprécier. Pas de quoi se la raconter cependant, sachant que la Grèce, antique symbole de l’idéal démocratique, n’est plus qu’à la 32ème position. 

 

Humiliation suprême, la patrie de Molière et de Johnny Halliday n’occupe même pas la pôle position des démocraties de seconde zone, puisque nous y sommes précédés d’après les calculs de The Economist Intelligence Unit, par le Cap Vert, le Portugal et même l’Afrique du Sud un temps au banc des nations pour sa méprisable invention de l’Apartheid.

 

Du coup, Nicolas aura 2 raisons de féliciter Angela lors de leur prochain tête à tête : outre son Triple A conservé sans problème, l’Allemagne, bonne élève, occupe la 14ème place au championnat du monde de démocratie avec une moyenne générale de 8,34. Ya pas qu’en économie que l’écart se creuse…        

 

Source : http://www.bakchich.info/france/2012/01/18/la-france-en-2eme-division-democratique-59947#.Txb0XT3SZ2Q.facebook

 

Tract-Louis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article