Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

Le populicide vendéenAu sommaire de l’excellent ma­gazine d’histoire l’Ombre d’un doute, le 7 mars dernier sur France 3 : « Robespierre, bourreau de la Vendée ? » Mais ni le “doute” ni le point d’interrogation ne survivront à l’introduction de Franck Ferrand : si 170 000 Vendéens ont été massacrés par les armées de la République, c’est principalement sous le règne de l’Incorruptible. Quel fut précisément l’office de ce bourreau-là ? Répression aveugle ou extermination planifiée ? Les deux successivement, suggère le documentaire.

 

Début 1793, la République a quel­que raison de se sentir “en danger” : guerroyant contre toute l’Europe ou presque, elle voit s’ouvrir en plus un front intérieur, au rythme des soulèvements paysans qui se multiplient, notamment en Vendée.

 

Qu’alors la Convention ait voulu à tout prix mater cette rébellion, c’est de bonne guerre, si l’on ose dire ! Mais avec l’accession de Robespierre à la tête du Comité de salut public en août 1793, cette guerre devient totale :

 

« Il faut que les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois ! » dispose notamment la loi du 1er octobre.

 

C’est fin 1793 que “le combat change d’âme” : l’Armée catholique et royale est anéantie, la Révolution est sau­vée – et le pire est à venir ! La loi des suspects va trouver en Vendée son plein épanouissement : sont considérés comme tels tous les autochtones, sans distinction d’âge, de sexe ou d’opinion.

« Il faut qu’enfin cette race infâme soit anéantie ! » s’enflamme Billaud-Varenne. La Terreur va se donner les moyens de cette ambitieuse politique, notamment avec les fameuses “colonnes Robespierre” emmenées par Turreau.

 

En juin 1794, avec les lois de Prairial, Maximilien jette les bases d’une “Grande Ter­reur” – quand soudain, le 9 Thermidor coupe court à ses élans et au reste. La mort de Robespierre met fin à la guerre d’extermination me­née contre la Vendée – preu­ve s’il en fallait qu’il en fut bien l’inspirateur.

 

Alors, « génocide franco-français », comme l’a écrit Reynald Secher, ou simple « écrasement de la population », comme préfère dire son collègue Jean-Clément Martin ? Toujours est-il que, deux cents ans après, le plus grand massacre collectif de la Révolution française reste mal connu du grand public, et pour cause : à l’école, déjà, on ne l’enseigne guère !

 

Interro surprise de mon fils (en quatrième à l’école républicaine) : « Tu sais ce qui s’est passé en Vendée pendant la Révolution ? –  Euh, on a fait la Révolution (sic), mais on nous a rien dit de spécial sur la Vendée… »

Bref, le “populicide” déjà dénoncé en 1794 par Gracchus Babeuf reste un sujet tabou. Comme le résumera l’historien Stéphane Courtois, qui s’y connaît : « On ne touche pas à la Révolution ! »

 

Grâces soient rendues à France 3 d’avoir transgressé ce tabou, même à 23 heures – et prions qu’aucune tête ne tombe pour ça !  Basile de Koch       

 

À lire


Vendée, du génocide au mémoricide
, de Reynald Secher, Cerf, 250 pages, 24 €.


Acheter_sur_La_Procure

Photo ©France 3

 

http://www.valeursactuelles.com/culture/t%C3%A9l%C3%A9vision/robespierre-en-vend%C3%A9e20120322.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article