Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

 

Certains ouvrages politiques du somptueux XIX°Siècle peuvent aujourd’hui sembler désuets et hors de propos, témoins inébranlables d’errements politiques qui n’auront guère laissé leur empreinte dans l’Histoire. D’autres, comme La Politique du journaliste Louis Latzarus (1878-1942), ne semblent avoir pris aucunes rides, chaque évènement d’aujourd’hui collant parfaitement aux brillants propos de ce recueil.

 

Ainsi, la quinquennale pitrerie républicaine, affligeante par le nombre d’inepties qu’elle peut déverser en quelques heures, prend une toute autre dimension en s’attardant quelques instants sur les écrits de Latzarus. « En démocratie, la politique est l’art de faire croire au peuple qu’il gouverne » (p7). Le duel SarkHollande, deux faces d’une même pièce informe, en est l’exemple typique. Si les programmes des deux candidats semblent diverger sur des points particuliers, notamment sociaux (mariage gay, euthanasie, etc..), nul besoin d’être observateur politique pour se rendre compte qu’entre ces lignes, les deux pensées se rejoignent, seule la forme diffère. Entre l’outrecuidant socialiste au charisme de cucurbitacée et l’omniprésident à l’hypocrisie patenté, une même haine de la France, de notre pays et de sa culture, de son patrimoine et de son Histoire semble motiver leurs actions.

 

Par ailleurs, d’aucun des actuels commentateurs politiques semble s’attarder sur la « surprise » frontiste mariniste, ces 18% qui font trembler le Gotha politique français. Caractéristique d’une crise systémique, ce sursaut des extrêmes (le communisme ayant quand même passé la barre des 10%) n’est pas anodin : il alerte les gouvernants républicains du ras-le-bol populaire, de cette vive protestation contre des années d’odieuses manipulations politiques, de couleuvres avalées et de libertés abandonnées.  

 

« Les parties extrêmes ne peuvent régner. Ils ne servent que de frontières pour délimiter les positions du centre » (p21).  Tant que les gouvernants mépriseront cette colère populaire, manifestation de ce dégoût qu’inspire légitimement la déliquescence politique française, celle-ci enflera irrémédiablement, apportant avec elle son lot de haines et de colère.

 

« Au vrai, l’ambition suffit, de nos jours, à un homme politique, et l’on a vu souvent, dans les plus hauts postes, des incapables.  » Clair et sans ambages.

 

Dramatiquement vraie, cette maxime politique nous rappelle donc à notre premier devoir : celui du militantisme courageux, avec la pugnacité et l’intelligence, avec  la charité et la fermeté, avec l’abnégation et l’héroïsme qui ont toujours caractérisé le combat royaliste. Ne cessons jamais de nous former intellectuellement, de travailler notre pensée royaliste, d’informer nos concitoyens de l’importance vitale du sursaut de bon sens qu’appelle cette crise systémique. A l’heure où les arrivistes se  ruent sur la première place, à l’heure où l’incompétence semble devenir vertu et l’individualisme une norme, les royalistes ne doivent avoir de cesse de s’élever contre la déliquescence nationale, qu’elle soit politique, économique ou sociale, non pas en cherchant quelque chimère républicaine, mais en restant sûrs de leurs convictions et de leur Foi en l’avènement d’une France unie, une France Royale.


Source :http://www.royaumedefrance.fr/201204235125/latzarus-et-lhypocrisie-presidentielle/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=facebook

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article