" Le Petit Manuel du Royaliste " de nouveau disponible !

  • Bien Commun
  • Royalisme

La Monarchie libératrice - Petit Manuel du Royaliste

Ce qui s'est débité de calomnies et de sottises sur la Monarchie est inimaginable.  Il importait de dépouiller la Monarchie des vilains oripeaux qui la recouvrent et de la montrer sous son véritable aspect.  


Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

Pour commander le livre sur Amazon :

http://www.amazon.fr/gp/product/2954118202

 

Le premier tirage du Petit Manuel du Royaliste était épuisé, nous sommes heureux de vous annoncer qu'il est à nouveau disponible en ligne : pour commander cliquez sur le lien

 

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement moderne et efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

Nous tenons à remercier du fond du cœur tous ceux qui nous ont prouvé leur soutien en commandant d’ores et déjà cet ouvrage, - plus que des mots ce sont des actes - et espérons qu’il les aidera à apporter les réponses aux questions qui leur sont posées sur le royalisme et ses bienfaits dans un souci de Bien Commun, afin de faire revenir le Roi de France sur le trône.

Ce Petit Manuel du Royaliste est l’occasion pour chacun d’organiser des discussions avec ses proches, ses amis afin de débattre, arguments à l’appui, sur la nécessité d’une Monarchie moderne, pour sortir la France de l’impasse dans laquelle l’a orientée 200 ans de républicanisme destructeur.

En vous souhaitant une bonne lecture et de nombreuse heures captivantes de débat.

Voici la liste des questions auxquelles ce Petit Manuel du Royaliste répond, simplement et clairement.

 

LA CONSTITUTION MONARCHIQUE
I
Base théorique de la Doctrine Monarchique

 

En une longue suite de siècles, nos rois ont fait, maintenu, exalté la France. Ils l'ont élevée au rang de phare de l'Europe et du monde. Peu à peu, par affinements successifs, ils ont modelé une civilisation de beauté, de charme, d'harmonie, qui rayonnait en un art de vivre. Tout cela moins selon un plan préconçu, cartésiennement géométrique, que selon une croissance biologique, une logique végétale pareille à celle des arbres.
Paul Guth (1910-1997)

Qu’est-ce que le Monarchisme ?

Et le Républicanisme ?

Quel est le fondement respectif du Républicanisme et du Monarchisme ?

 

II
Qu’est-ce que la Monarchie ? 

 

Qu’est ce qui constitue la Monarchie ?

La Monarchie n’est donc pas un système de gouvernement, dans lequel un homme, appelé Roi, commande d’après ses caprices et son bon plaisir, à un troupeau d’esclaves ?

La Monarchie ce n’est donc pas le roi tout seul ?


III
La Monarchie conservatrice de la Nation est protectrice des intérêts populaires



Où réside le pouvoir royal et par qui est-il exercé ?

Pourquoi ce pouvoir réside-t-il dans une famille et non dans un individu ?

Pourquoi le pouvoir est-il héréditaire ?

Mais le Roi n’est-il pas naturellement porté à favoriser les Royalistes ?

La République ne peut-elle pas, à la longue, s’identifier avec le pays ?

L’élection n’a-t-elle pas d’autres inconvénients ?

Cet inconvénient est-il à redouter dans le système héréditaire ?

IV
Mariage des Rois avec les princesses étrangères


Cependant le mariage des Rois avec les Princesses étrangères n’altère-t-il pas le sang national des Rois ?

L’histoire ne témoigne-t-elle pas du caractère national des Rois ?

On entend dire cependant que durant le Moyen Age et l’Ancien Régime, le Peuple était plongé dans les ténèbres de l’ignorance ?

Les républicains affirment qu’en réalisant des réformes, notamment en affranchissant les serfs, les Rois étaient surtout guidés par des motifs d’intérêt personnel. Que faut-il en penser ?

V
Le Roi fou ou inintelligent


Les Républicains ne disent-ils pas que l’hérédité peut transmettre la couronne à un fou ?

Et lorsque le Roi est une individualité médiocre ?

Ne serait-il pas préférable que le Roi fût un grand génie ?

N’est-il pas à craindre cependant qu’un Roi ne se laisse guider par des courtisans et des flatteurs ?

VI
La Monarchie héréditaire est la vérité politique

Les Républicains ne disent-ils pas que la Monarchie a fait son temps et qu’elle ne correspond plus aux besoins des sociétés modernes ?

Qu’est-ce qui prouve que la Monarchie héréditaire est la vérité politique?

L’élection ne peut-elle pas, au même titre que l’hérédité, assurer l’unité de pouvoir ?

Ne peut-on pas invoquer d’autres arguments en faveur de la Monarchie ?

VII
La Monarchie Moderne

Parce que le principe Monarchique ne change pas, s’ensuit-il que l’on doive restaurer les pratiques du Moyen Age et de l’Ancien Régime ?

VIII
La Monarchie progressiste

Pourquoi peut-on dire que la Monarchie s’adaptera au temps présent ?

IX
La République instrument de ruine

La République ne peut-elle pas favoriser le progrès ?

La République ne peut donc rien fonder de durable ?

Le système républicain n’est donc pas propre au développement d’un pays ?

X
La Monarchie populaire

Que signifie le terme de Monarchie populaire ?

La Monarchie sera-t-elle populaire ?

Faut-il donc que le peuple s’en rapporte tout simplement aux affirmations des Royalistes ?

Alors qu’est-ce qui garantit au Peuple que la Monarchie sera populaire ?

XI
Le mauvais Roi

Il n’est sans doute pas douteux que les intérêts populaires soient protégés sous un bon Roi, mais le hasard de l’hérédité peut amener au pouvoir un mauvais Roi, et en ce cas, les intérêts dont il a la charge ne sont-ils pas en péril ?

Est-ce bien certain ?

Mais, ce Roi ne peut-il pas, dans un moment d’aberration, oublier ses propres intérêts et opprimer le Peuple ?

XII
La Monarchie a intérêt à organiser

Qu’arriverait-il si, malgré les difficultés pratiques d’une telle entreprise, le Roi réussissait à mettre en péril l’existence des corps sociaux ?

XIII
La République a intérêt à ne pas organiser

Comment la République a-t-elle intérêt à détruire les libertés publiques ?

Ne dit-on pas cependant que la République est la chose publique ?

XIV
Il n’y a de responsabilité réelle que dans la Monarchie

Quelles sont les garanties de responsabilité qu’offre la République ?

La peur de la non-réélection ne force-t-elle pas l’élu à demeurer honnête malgré lui ?

La monarchie offre-t-elle de meilleures garanties de responsabilités ?

La Monarchie est-elle donc le seul régime dans Iequel les responsabilités soient effectives ?

XV
La Monarchie légitime

L’Empire ou la Royauté peuvent-ils indifféremment réaliser les conditions de la Monarchie nationale française ?

Sur quoi est fondée cette légitimité

Quelle est la fonction respective des rois et des empereurs ?

Comment les empereurs ont-ils défait la France ?

Quel est le fondateur de la Royauté capétienne ?

Comment le pouvoir royal fut-il conféré à Hugues Capet ?

Qui est l’actuel successeur légitime des rois de France ?


DEUXIÈME PARTIE
L’ORGANISATION MONARCHIQUE

XVI
La Décentralisation

Par quel terme résume-t-on l’ensemble du programme organisateur de la Monarchie ?

En quoi consiste la Décentralisation ?

XVII
Organisation morale, religieuse, intellectuelle et judiciaire

Comment la Monarchie affranchit-elle la Famille, l’Eglise, les Universités et la Magistrature ?

XVIII
L’organisation de la Commune

Qu’est-ce que la Commune sous la République ?

Que devient la Commune dans la Monarchie ?

XIX
L’Organisation de la Région et du Pays

Qu’est-ce qu’une Région ?

Quels sont les avantages de l’organisation régionale ?

Comment la région est-elle administrée ?

N’y a-t-il pas entre la Commune et la Région une circonscription intermédiaire formée par la nature et dont la Monarchie reconnaît l’existence politique ?

XX
L’organisation du travail

Quel est l’objet propre de la Société corporative ?

Comment la Société corporative pourvoit-elle aux divers besoins de ses membres ?

Qui est-ce qui administre la Société corporative ?

Pourquoi, dans la représentation au Conseil Corporatif, ne fait-on pas une place privilégiée soit au capital, soit au travail ?

Quelle circonscription territoriale convient-il d’assigner aux sociétés corporatives ?

L’Organisation Corporative ne présente-t-elle pas des difficultés d’application
en ce qui concerne l’agriculture ?

Quels sont les avantages qui résulteront de l’organisation corporative
du travail ?

Il y aura donc une aristocratie du travail ?

XXI
La Représentation nationale

Quel est l’objet de la Représentation national

En quoi consistent les droits et les intérêts du Peuple ?

Comment peut-on assurer la représentation des droits et des intérêts
des diverses fonctions sociales ?

Faut-il abolir le Sénat et la Chambre des députés ?

Que serait en général le rôle d’une Chambre des députés dans la Monarchie

Quelles seraient plus particulièrement les attributions d’une Chambre des députés dans la Monarchie

Quelles attributions seraient absolument refusées à la Chambre ?

Comment pourrait fonctionner un Sénat sous la Monarchie ?

Pourquoi parle-t-on de ces deux Chambres au conditionnel ?

Quel est l’intérêt dominant de la Monarchie quand elle organise la représentation nationale ?

Pourquoi la République fausse-t-elle toute représentation nationale ?

XXII
Le Roi

Quelle est la formule de la Constitution monarchique ?

Quel est le rôle du Roi dans l’Etat décentralisé ?

Quels sont les Conseils du Roi ?

Comment se recrutent les conseils du Roi ?

Le gouvernement du Roi ne sera donc pas le gouvernement des nobles ?

Est-il bien sûr que la politique populaire de la Monarchie d’autrefois sera contentée par la Monarchie de demain ?

Ainsi l’agriculteur, le simple prolétaire pourront être appelés, à titre temporaire ou permanent, dans les Conseils du Roi ?

Le gouvernement du Roi n’a donc rien d’exclusif ?


Pourquoi le Roi concilie-t-il, quand la République divise ?

N’est-il pas une institution plus particulièrement confiée à la vigilance immédiate du Roi ?

Conclusion


Comment réaliser la Monarchie

 - Nous avons montré que la République n’était pas améliorable

- Les conservateurs, les libéraux de toute nuance n’hésiteront plus à rompre avec cette politique sans horizon

- La restauration de la Monarchie sera l’œuvre de notre volonté ; elle est toute entière subordonnée à l’organisation d’une minorité robuste, d’une opposition consciente

- Quand une élite suffisante de bons citoyens sentira la nécessité de rendre à la France ses Rois


« Je suis au service de la France et si les Français le veulent, je serai toujours là. »

« Si les Français m'appellent je ne me déroberai pas. »

Mgr Louis de Bourbon, duc d’Anjou, Louis XX

 

Monarchie - Libératrice-copie-1

 

Pour commander le livre sur Amazon :

http://www.amazon.fr/gp/product/2954118202

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog