Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Publié par Démocratie Royale

 

Les infiltrations spectaculaires du peuple dans la Convention traduisaient le véritable état d’esprit révolutionnaire, aux yeux duquel c’était la foule, dans sa plus large expression, qui devait dicter sa loi à ses délégués au gouvernement. C’était la formule de Marat, le véritable inventeur de la dictature, ou plutôt de la prétendue « dictature, du prolétariat ». Car la foule, comme le mercure, se morcelle toujours, à un moment donné, en parcelles, souvent opposées les unes aux autres. Par elle, et ses subdivisions, on en revient ainsi aux partis, qui eux-mêmes élisent des chefs aux avis contradictoires. C’est ainsi que le gouvernement par la masse aboutit inéluctablement au gouvernement par les groupes. D’où bataille et, suivant la tension des circonstances, lutte, ou guerre implacable. Les sélections par l’assemblée sont inopérantes. L’absence de sélection est immédiatement homicide.

 

Bainville disait que le suffrage universel est une sortie, tous les quatre ans, de larves dont on ne peut prévoir si elles tourneront à droite ou à gauche. C’est tout à fait cela. En effet, le suffrage universel ne connaît pas un mot des problèmes sur lesquels on fait semblant de le consulter et il s’exprime sur eux au petit bonheur, ou d’après des engouements passagers. Le misérable Philippe-Égalité, que Paris avait acclamé lors des États généraux de mai 1789, fut élu à grand’ peine à la Convention, et encore grâce à l’appui de Marat, aux côtés duquel il alla siéger. Il n’est pas de bourde que l’on ne puisse faire avaler au suffrage universel, si on sait les lui présenter avec une sauce appropriée.

 

Voici les principales bourdes, devenues populaires, dont sortit la Convention, après les massacres de septembre 1793 :

 

  1. Le roi est un abominable tyran, secondé par une hyène - Marie-Antoinette - avide du sang, des Français ;
  2. Le roi et la reine conspirent journellement contre la liberté du peuple français, avec l’appui de l’étranger. Ils correspondent avec les émigrés et l’armée de Condé, dont le quartier général est à Coblentz ;
  3. Les bandits de Vendée et de Bretagne sont aux gages de l’Angleterre et de l’Allemagne, de Pitt et de Cobourg. C’est Mme Veto, la mère Capet, qui fait la liaison ;
  4. Le roi et la reine doivent être mis en jugement et exécutés. Cela frappera de terreur l’étranger et sauvera la France de la servitude.

 

Il n’est aucun de ces chefs d’accusation, rédigés dans les bureaux des comités de Sûreté générale et de Salut public, qui ne soit un grossier mensonge, mais colporté par une presse stylée et sans contrepartie, depuis l’assassinat de Suleau. On sait que Laclos dirigea la feuille officielle des Jacobins, laquelle donnait le ton aux innombrables chiens aboyant à la mort. Cette campagne dut coûter des sommes énormes au duc d’Orléans puisqu’il en sortit complètement à sec. Sa rabatteuse était sa maîtresse, Mme de Buffon, ennemie jurée du roi et de la reine et qui coucha par la suite avec Danton. Elle et Mme de Genlis travaillèrent de concert à l’assassinat des souverains, avant de se brouiller à mort.

 

Que le taux de la haine envers le roi et la reine ait pu être ainsi maintenu pendant cinq ans au milieu de tant d’évènements, voilà qui surprendrait si l’on ne tenait compte, avec Mortimer Ternaux, des deux comités dits de gouvernement et notamment de celui où siégeaient les bêtes de l’ombre, conductrices de l’opération. Ainsi se fabrique, ainsi se maintient l’opinion publique. Chose curieuse, un Robespierre ne le comprit que dans les derniers temps de sa vie et même alors il ne put apporter les précisions qui l’eussent peut-être sauvé en détournant l’orage de sa personne.

 

Comme il arrive entre complices, le soupçon joua un rôle de premier plan parmi les chefs de la Révolution. Chacun d’eux avait, dans la police politique, des auxiliaires qu’il croyait dévoués et qui, bien entendu, le trahissaient. La dépréciation de la monnaie, qui, du fait de l’inflation, allait croissant, venait en aide à cette surenchère. Le voisin soupçonnait son voisin l’amant sa maîtresse et celle-ci son amant. Cela surtout chez les premiers rôles, qui étaient ainsi les plus exposés. Avec le soupçon, la délation était courante ainsi que le chantage. Les « Musiciens » faisaient des affaires d’or, certains d’entre eux étaient célèbres et fort achalandés.

 

D’où un état de décomposition sociale, alors torrentueux, devenu nappe fétide par l’avachissement de la démocratie. Un mot domine la Terreur, celui de « suspect », il a donné naissance à la loi que l’on connaît et dont les ravages furent incalculables.

 

Était suspect celui qui avait fréquenté des ci-devant, car comment admettre qu’il ne fût pas demeuré en relations avec eux ?

 

Était suspect celui qui dépensait largement. Car d’où lui venaient les sommes qui coulaient ainsi de ses mains ?

 

Était suspect celui qui ne dépensait pas, ou presque pas. C’était donc qu’il thésaurisait, entravant ainsi la circulation de la monnaie et affamant le pauvre monde. L’avarice était ainsi suspecte au même titre que la prodigalité. La suspicion venait en aide à l’envie, cette plaie empoisonnée de la démocratie en action. Les serviteurs - ce qu’il en restait - épiaient les maîtres et faisaient des rapports à la police. Des vocations d’indicateurs bénévoles s’affirmaient. L’émancipation des couches basses du Tiers, précipitée, mettait en mouvement une foule de chenapans qui trouvaient leur emploi dans la levée en masse et les fournitures militaires. La gabegie entrait dans les murs. Il n’était question, dans les discours publics, que de vertu et le vice coulait à pleins bords. Il avait son quartier général : le Palais-Royal. De la bonne société, qui le pratiquait au XVIIIe siècle, il avait glissé dans la plèbe, donnant naissance à la canaille, et celle-ci tenait le haut du pavé, ayant accès aux postes et aux charges d’État.

 

Léon Daudet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article