Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Un enregistrement de la chanson Au clair de la lune réalisé en 1860, soit dix-sept ans avant
l'invention du phonographe par Thomas Edison, vient d'être reconstitué par des chercheurs américains
du Lawrence Berkeley National Laboratory (LBNL).

 

Edouard-Léon Scott de Martinville, un typographe français,
est à l'origine de cette première "bande-son" de dix secondes, imprimée sur une feuille de papier noircie
par la fumée d'une lampe à huile, grâce à un appareil qu'il avait baptisé le phonautographe.The 10-second recording of a singer crooning the folk song "Au Clair de la Lune" .

 


 

En 1925, Charles Vogel, chroniqueur au Petit Journal illustré, entreprend de faire toute la lumière sur la chanson populaire « Au clair de la lune », et se range à l'opinion de ceux qui, luttant contre une habitude de plusieurs siècles, avancent que la rime d'origine a été déformée

 

Au clair de la lune,

Mon ami Pierrot...

 

  Mais, amusons-nous !... Est-ce bien « Au clair de la lune ? » D'aucuns estiment que c'est « au clair de la lume » qu'il faut dire et nous n'hésitons pas à déclarer que nous nous rangeons à leur opinion. Lume, pour lumière, du latin « lumen ». Ce qui rend cette hypothèse fort admissible au demeurant, c'est que lune ne rime pas avec plume, alors que lume, au contraire, rime fort congrûment, et c'est là tout de même une raison valable car si la chanson ne témoigne point d'une richesse extraordinaire qui l'apparente aux productions parnassiennes de Théodore de Banville, de Leconte de Lisle et de José Maria de Heredia, on n'y relève pas, par ailleurs, des libertés aussi hardies.

Tag(s) : #Histoire-Culture

Partager cet article

Repost 0