Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


A titre personnel, entre mondialisme et mondialisme, votre serviteur ne choisira pas.


Car voter c’est alimenter un Théâtre de Guignol, un théâtre dont la conclusion de chaque pièce est la défense des intérêts de l’oligarchie et la marginalisation de ceux du peuple.

Voter, c’est alimenter une caste politique qui est payée par l’oligarchie pour soumettre et humilier le peuple français.


Voter, c’est cautionner un système qui ne remet jamais en cause la mondialisation néolibérale et ne s’attaque jamais aux maux du peuple.


Voter, c’est mettre au pouvoir des individus qui depuis plusieurs décennies ont révélé à chaque fois que l’occasion leur était donnée qu’ils étaient des félons.

Voter, c’est maintenir sous perfusion une classe politique dont, de l’extrême gauche à l’extrême droite, il n’y a rien à attendre.


Voter n’est pas synonyme de démocratie.


Voter, c’est voter pour l’oligarchie.


Ce n’est pas un hasard si le moindre présentateur télé nous pousse à aller voter. Ce n’est pas un hasard non plus si les grands médias se mettent au branlebas de combat pour inciter le peuple à se rendre aux urnes : à tout prix, le Système veut légitimer sa reconduction.


Cher lecteur, entre nous, quitte à se faire trahir, autant ne pas donner son aval, ne croyez-vous pas ? Autant que le pouvoir mandaté pour nous faire souffrir ne le fasse pas avec notre accord. Autant que toute hypocrisie soit réduite à néant et que le prochain gouvernement qui appliquera les politiques néolibérales inspirées par Bruxelles et son mandataire, l’oligarchie financière, soit aux yeux de tous illégitime. Convenez-en cher lecteur, il ne s’agit là que du minimum syndical en matière de dignité.


De tout cela, il ressort avec clarté que les prostituées sont plus dignes que les électeurs. Car les prostituées pour se faire baiser demandent de l’argent, tandis que l’électeur, satisfait de lui-même, ne demande rien, le fait gratuitement, le sourire aux lèvres, avec le sentiment d’avoir agi en citoyen (traduction : en cocu).


Conclusion : compte tenu de ce que la classe politique française fait à son peuple depuis la chute de De Gaulle, il serait plus juste de parler non d’abstention mais d’abstinence.


Comme le disait le Christ, entende qui a des oreilles pour entendre. Amen !


Adrien Abauzit, pour Mecanopolis


Lire l'article en entier : http://www.mecanopolis.org/?p=25175

Tag(s) : #Politique-Société

Partager cet article

Repost 0