Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 adelineDonnez-moi de bonnes institutions, je ferai une bonne politique »,  affirme Yves-Marie Adeline, candidat d’Alliance Royale. En fondant son parti en 2001, cet universitaire de 46 ans s’est fixé comme objectif de « faire redécouvrir les vertus de  la royauté aux français ». Yves-Marie Adeline Soret de Boisbrunet, premier candidat royaliste depuis 1974, n’est pas novice en politique.

 

Il a été successivement directeur de cabinet de Jean Arthuis, président UDF du Conseil général de la Mayenne et conseiller de Jean-Marie Le Chevallier, maire Front national de Toulon. Aujourd’hui, l’homme affirme être « démocrate » et se situe « au centre », comprenez au-dessus des partis qu’il estime « incapables de produire un chef de l’Etat apte à assumer sa fonction d’arbitre et à assurer la pérennité de l’Etat ».

 

Selon lui, seul un régime combinant démocratie et monarchie peut faire face aux enjeux du siècle et offrir, en la personne du roi, « une figure paternelle aux français de toutes origines ». Yves-Marie Adeline entend ainsi résoudre le problème de l’intégration mais prévoit néanmoins de remettre en cause le droit du sol.


Prudent, le candidat d’Alliance Royale laisse aux français le soin de trancher les querelles dynastiques. « Les capétiens me paraissent les mieux placés mais ce sera aux français de choisir leur roi  », estime-t-il. Chrétien, ce père de huit enfants rêve aussi de donner un statut social aux mères de famille et se prononce contre l’avortement.

Ses cinq mesures phare

 

  • Remplacer le président par un roi : « Je parachève ainsi le renforcement de l’autorité régalienne amorcé par les fondateurs de la V° République. Je retiens le meilleur de l’actuelle constitution en lui donnant du sens : le Chef de l’État devient le Roi ».

  • Instaurer une démocratie plus représentative : « Cette démocratie équitable passe par une modification des modes de scrutin. Les députés seront élus par des collèges socioprofessionnels afin que le Parlement soit plus représentatif de la société française. Ainsi, cette assemblée s’attaquera enfin aux problèmes concrets de nos concitoyens. Quant aux sénateurs, ils seront élus au suffrage universel direct et à la proportionnelle ».

  • Renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire : «En confiant les magistrats à un grand conseil de la magistrature sous la présidence du garde des sceaux nommé par le roi et non par le premier ministre ».

  • Réformer les collectivités locales : « Le département disparaît. En revanche, les communes, regroupées en pays ou en métropole , et les régions accèdent à une plus grande autonomie. Les conseillers régionaux siègent à l’assemblée nationale. »

  • Refondre le système social : « Les charges sociales des entreprises sont supprimées. Les prestations sociales sont redéfinies et financées sur un budget alloué par le Gouvernement et les collectivités territoriales dans le cadre des lois de finances. Le système social repose alors sur une solidarité sociale de l’Etat fonction des situations familiales et sur des prestations de précarité allouées par les mairies. En complément, les citoyens peuvent également avoir recours à des assurances libres. »

 

Le blog d’Yves-Marie Adeline

 

Publications :
Histoire mondiale des idées politiques - Ellipses (2006)
Le Royalisme en questions - Editions de Paris / L’Age d’Homme (2002)
La Droite où l’on n’arrive jamais - Sicre (2000)
Le Pouvoir légitime - Sicre  (1997)
La Droite piégée - Sicre (1996)

 

Source : http://www.lepoint.fr/actualites-politique/yves-marie-adeline-le-choix-du-roi/917/0/114085

Tag(s) : #Royalisme

Partager cet article

Repost 0