Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A LIRE

Vive le Roi ! 

vive le roi
Vive le Roi ! de Mgr Louis-Gaston de Segur

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9

Pourquoi, après cinq ou six essais, plus misérables les uns que les autres, la France tourne enfin ses regards vers le principe monarchique ? Parce qu’elle ne voit plus de salut que là.

-----------------

Recueil de Prières : du IXe au XVIIe siècle

Pour commander le livre : http://amzn.to/19epz9W

« Recueil de Prières » est un ouvrage réunissant près de 400 prières choisies, du IXe au XVIIe siècle. Un petit livre, qui délasse l’esprit en charmant le cœur.

  -----------------

La Monarchie libératrice  Petit Manuel du Royaliste

Petit-Manuel-du-Royaliste.jpg

 Pour commander le livre : http://amzn.to/1DW7XIu

Ce manuel est rédigé de façon claire et concise, accessible au plus grand nombre et répond aux questions les plus courantes posées sur le royalisme : la monarchie et le Roi de France pour un système de gouvernement efficace qui enterrera définitivement une république à bout de souffle, maçonnique, cosmopolite, financière asservissant les peuples.

-----------------

 

« Le principe royal ne repose pas sur la foi que l’on a ou que l’on n’a pas en lui.

Il importe peu qu’on y croie ou que l’on n’y croie plus, et que les incrédules soient innombrables.

Cela ne peut se peser. Dieu est Dieu, et le roi est le roi.»

Jean Raspail

 

Démocratie Royale ?

« La démocratie en France avant la révolution française s'exerçait à l'intérieur des corps sociaux corporatifs, une démocratie qui a duré 7 siècles. Cette démocratie n'arrangeant pas les nouvelles fortunes financières apatrides et maçonniques, elles la firent abolir définitivement dans leur schéma le 4 août 1789, en abolissant les corporations par la suppression des privilèges de celles-ci et des provinces, le peuple a plus perdu le 4 août que la Noblesse.

La seule démocratie vertueuse est celle qui s'exerce donc à l'intérieur de corps sociaux. C'est ce qu'on appelle LA DEMOCRATIE ROYALE.

Nous rappelons à nos lecteurs, que le Roi de France est le lieutenant de  Dieu sur terre, que restaurer le règne social de Jésus-Christ, si on poursuit la logique honnêtement, et jusqu'au bout, se fera en restaurant la monarchie catholique, en suivant les Lois Fondamentales du Royaume, qui désignent à l'heure actuelle le Roi de France, Louis XX, puisque le Roine peut pas être choisi par des hommes, mais par Dieu.

Tout le reste n'étant qu'élucubrations, manipulations et intérêts privés. La France qui est aujourd'hui en quatrième position des pays athées dans le monde, suite à une subversion constante au cours des siècles, des massacres pendant la période révolutionnaire, puis une propagande d'une violence inouïe depuis lors, était avant l'établissement du laïcisme – religion maçonnique –  la Fille aînée de l'Église.

Le Roi de France était désigné par le titre de Fils aîné de l'Église, qui peut être comparé à celui de Très

chrétien, également spécifique au roi de France. Certains rites religieux ne s’appliquaient qu’au roi de France et lui rappelaient son statut particulier de roi très chrétien. Ce titre fut  également appliqué indifféremment  au roi et au peuple de France, peuple très chrétien ou au territoire français et devint peu à peu un objet de gloire, une justification d'être, apportant aux Français la certitude  d'être un élément important du plan  de Dieu dans l'ordre du monde au cours des temps.

 

Sa Sainteté le Pape Pie VI : « La Monarchie le meilleur des gouvernements »

Justement, précise Constant, « le pouvoir royal est un pouvoir neutre », alors que le pouvoir des ministres est un pouvoir actif. « Le roi, dans un pays libre, est un être à part, supérieur aux diversités des opinions, n'ayant d'autre intérêt que le maintien de l'ordre, et le maintien de la liberté, ne pouvant jamais rentrer dans la condition commune, inaccessible en conséquence à toutes les passions que cette condition fait naître, et à toutes celles que la perspective de s'y retrouver nourrit nécessairement dans le coeur des agents investis d'une puissance momentanée (...]


Il plane, pour ainsi dire, au-dessus des agitations humaines, et c'est le chef d'oeuvre de l'organisation politique d'avoir ainsi créé, dans le sein même des dissentiments sans lesquels nulle liberté n'existe, une sphère inviolable de sécurité, de majesté, d'impartialité, qui permet à ces dissentiments de se développer sans péril, tant qu'ils n'excèdent pas certaines limites, et qui, dès que le danger s'annonce, y met un terme par des moyens légaux, constitutionnels, et dégagés de tout arbitraire. Mais on perd cet immense avantage, soit en abaissant le pouvoir du monarque au niveau du pouvoir exécutif, soit en élevant le pouvoir exécutif au niveau du monarque » Tout semble dit. Comment mieux justifier la monarchie constitutionnelle et démontrer sa supériorité sur les autres types de régimes ? Cette longue citation permet de répondre, avec deux siècles d'avance, aux talentueux sarcasmes de Thierry Ardisson sur l'hypocrisie de l'arbitrage prétendument exercé par un chef d'Etat élu et ne servant que de voile au penchant vers l'arbitraire : « La France est un stade hexagonal (...).


Au centre de ce terrain, règne l'arbître (...).


Tous les sept ans [le passage au quinquennat date de la loi constitutionnelle du 2 octobre 2000, et a connu sa première application en 2002], chaque équipe essaie de faire élire son capitaine comme arbître. Avant, seuls les joueurs votaient.» Depuis 1962, tous les spectateurs assis dans le stade votent aussi. « Un président n'est roi que pour la moitié du pays.» Il s'accroche à son poste. Tandis que, « déjà riche et célèbre, débarrassé des perversions électoralistes, le jeune roi se doit de n'avoir aucune ambition que le bien de son peuple ». Quelle autre, d'ailleurs, pourrait-il avoir ? « Sachant qu'il lèguera à son fils l'héritage reçu de son père, il n'a aucune raison de le mettre en danger (...).


Son règne ne sera jamais l'aventure d'un homme seul : le roi est le maillon d'une chaîne.» La doctrine de Constant trouve aussi un écho dans les micro-trottoirs auxquels procèdent les journalistes français à l'occasion d'un événement dynastique dans un de ces royaumes qui encerclent la France. On ressent alors combien manque à celle-ci ce mélange subtil de solennité, de convivialité et de bonhomie qui n'appartient qu'à la monarchie : « Les Grimaldi sont la vengeance de Louis XVI », ricane Ardisson. Il n'empêche que la France adore les mariages princiers. Celui de William d'Angleterre, avec Kate Middleton, le 29 avril 2011, y fut suivi par trois fois plus de téléspectateurs, en moyenne, que dans les autres pays européens. Depuis les rues de Londres, des anonymes envoient des messages aux citoyens français : « tant qu'il y a un roi, il n'y a pas de pouvoir absolu ». Sa seule existence joue comme une digue presque invisible aux débordements naturels du pouvoir. Ainsi que le disait déjà Adolphe Thiers, dans les années 1840, « le roi règne et ne gouverne pas ». Le trône, rétorquait Guizot, n'est pas un fauteuil vide. Trois principales responsabilités lui reviennent, et que lui seul peut exercer.


Le roi symbolise d'abord, non seulement l'unité nationale, ce qui est bien connu, mais aussi la continuité historique, qui fait qu'un pays demeure lui-même à travers les générations qui se succèdent. Descendant d'Hugues Capet, successeur de Clovis, le roi de France appartient à la terre et aux morts, selon le mot de Maurice Barrès, ce qu'aucun élu de passage ne peut ressentir au fond de lui. Incarnant le passé de la nation, le monarque en représente aussi l'avenir. De ce fait, sa relation au présent revêt moins d'importance : « nous n'avons pas besoin d'un roi de magazine, a dit un jour Jean Raspail, nous avons besoin d'un roi de vitrail ».

 

En deuxième lieu, le roi peut seul exercer ce rôle d'arbître, toujours brandi par les textes constitutionnels, mais introuvable dans la pratique courante. Parce qu'il n'est attaché à aucun parti et à aucun groupe de pression : par essence, le roi est apolitique. S'il succombe à la tentation d'intervenir dans les choix du gouvernement, il perd sa légitimité. Il doit seulement veiller à ce que l'intérêt général reste le maître et, au besoin, le rappeler à qui de droit. Le roi de Suède, exigeant la démission d'un Premier ministre soupçonné de corruption, la reine d'Angleterre choisissant un chef de gouvernement minoritaire mais exprimant, selon elle, la volonté des électeurs, le roi d'Espagne parant un coup d'Etat : les occasions d'intervenir sont rares et heureusement. La monarchie, c'elinkst la dissuasion nucléaire au service de l'intérêt commun.

 

Enfin, pour reprendre le mot du pasteur hollandais de Versailles, Gaspard Wisser't Hooft, « la monarchie sert à empêcher les hommes politiques de se prendre pour des rois ». En royauté, les ministres ne travaillent pas dans le but de remplacer un jour le président de la République. Il n'est pas sain que tous les pouvoirs procèdent de la même source : l' hérédité monarchique, à la condition de respecter scrupuleusement des règles intangibles, ne constitue ni une alternative ni même une concurrence pour le suffrage universel : les deux se complètent et la première protège le second. En psychanalyse, le roi est « le père du père » En politique, la monarchie est l'assurance vie de la démocratie.

 


 

Louis XX, petit-fils du Roi Soleil, p. 446 à 449, de Daniel de Montplaisir


Source : http://christroi.over-blog.com/article-message-aux-francais-a-diffuser-massivement-79200830.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :